1913 - 1919 / Direction G. FOUGÈRES

Vie intérieure

1913

Création du poste de secrétaire général, ancien membre de l'EFA, dont le premier titulaire est Ch. Picard.

1914-1918

Affectation des "Athèniens" sur le front oriental, soit comme combattants, soit comme interprètes. L'École abrite les bureaux des attachés militaires de l'Ambassade et le directeur de l'École joue un rôle important dans la propagande française en Grèce destinée à préparer la mobilisation de la Grèce dans le conflit, aux côtés de l'Entente: G. Fougères préside la Ligue franco-hellénique, qui comptera 4.000 membres en 1918, et entretient des rapports étroits avec E. Vénizélos.

déc. 1916-juin 1918

À la suite d'un affrontement, à Athènes, entre troupes françaises et troupes royalistes, l'EFA ferme ses portes; les bâtiments sont placés sous la tutelle du directeur de l'École américaine.

Activités scientifiques

1914

Ouverture du chantier de Philippes, colonie romaine, juste avant la guerre (principale fouille romaine et byzantine de l'EFA en Grèce du Nord).

1915-1916

À l'occasion de travaux de retranchement aux Dardanelles, découverte de la nécropole d'Éléonte (Thrace ).

1916

Organisation d'un service de l'armée d'Orient comprenant des anciens Athéniens. Fouilles d'établissements préhistoriques de Macédoine, et collecte de documents byzantins.

ARCHIMAGE : les dernières images

IMAGE
Thasos - Acropole, Athénaion (sanctuaire d'Athéna), GTh 65 - L10034-005

Sujet : rempart temple krépis remploi, parement extérieur avec orthostates à boutisses, tronçon au Sud-Ouest de l'Athénaion Matériau : marbre,
Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

KARLA. - Collecteur 6, Stani-Thermokipia-5956
Dans la région du Lac de Karla, V. Adrymi-Sismani (Institut archéologique d’études thessaliennes) a poursuivi les travaux au lieu-dit Stani-Thermokipia, en vue de l’aménagement du collecteur 6. La fouille de la maison A s’est poursuivie (fig. 1) et l’étude du mobilier qui en provenait a permis de proposer une datation probable pour l’occupation de la maison du Néolithique Moyen (5800-5300 av. J.-C.). La fouille de 2005 avait identifié la présence d’un péribole à l’Est et à l’Ouest de la maison. En 2006, la fouille de cette structure s’est poursuivie et on a pu déterminer qu’il s’agissait effectivement d’un péribole qui présentait une entrée d’une largeur de 1 m et qui encerclait une surface de 11 x 15 m environ au Sud de la maison. Le péribole n’est pas fait d’un seul mur, mais constitué
....
Consulter la Chronique des fouilles