Études Thasiennes

Le rempart de Thasos

par Yves Grandjean

Cet ouvrage sur le rempart de Thasos présente le résultat de travaux commencés par l’École française d’Athènes en 1911 et poursuivis ensuite, à intervalles irréguliers, sous la forme de sondages ponctuels ou de fouilles programmées. La réunion de toutes les données, publiées ou non, accumulées au cours de ces diverses interventions et la description des vestiges encore visibles permettent d’établir un état des lieux et de faire plus amplement apprécier un monument trop longtemps resté dans l’ombre, mais qui soutient la comparaison avec les fortifications urbaines les plus connues du monde grec. Mieux que les quelques textes littéraires ou épigraphiques relatifs à une enceinte édifiée au tout début du ve s. av. J.-C. et encore entretenue dans la seconde moitié du iie s. apr. J.-C , ce sont surtout les informations obtenues sur le terrain qui font apparaître l’enchaînement de différents remaniements portant sur les portes et sur les courtines ou la succession d’opérations nouvelles destinées à renforcer progressivement la puissance de la muraille, au rythme des développements de la poliorcétique. Mais, au-delà de sa fonction défensive, le rempart thasien, par l’ampleur de son parcours, la variété et la qualité de ses appareils, le nombre et l’aspect de ses tours, l’ornementation de certaines de ses portes, avait une valeur symbolique, illustrant de manière ostentatoire la puissance et la richesse de la cité.

This work on the city wall of Thasos presents the results of the studies which the École Française d’Athènes began in 1911 and has pursued ever since at irregular intervals in the form of punctual test trenches or programmed excavations. The gathering of all evidence, published or not, accumulated during these diverse interventions and the description of the still visible remains allow the author to establish the present state of the wall and help the reader to better appreciate a monument that has for too long remained in the shadows, even though it bears comparison with the best known urban fortifications of the Greek world. More than a handful of literary or epigraphic texts concerning a city wall raised at the very beginning of the 5th c. B.C. and still maintained in the second half of the 2nd c. A.D., it is above all the information obtained on the ground that reveals the succession of different modifications brought to the gates and the curtains, as well as the series of improvements intended to reinforce progressively the wall following developments in the art of siege warfare. But beyond its defensive function, the Thasian city wall, owing to the length of its circuit, the variety and the quality of its masonry, the number and the aspect of its towers and the ornamentation of some of its gates, had a symbolic value, ostentatiously illustrating the power and the wealth of the city.
 

Études Thasiennes 22
2011
Format : 21 x 29,5 cm, 651 p., 413 figures n/b, 38 figures couleur, 2 dépliants in texte, 11 dépliants hors texte.
© École française d’Athènes
ISBN 978-2-86958-228-6         120 €

CONTACTS
 
École française d’Athènes
6, rue Didotou
106 80 Athènes
+ 30 210 36 79 922
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Ouvert tous les jours de 8h à 15h
Aνοιχτό καθημερινά από τις 8.00 έως τις 15.00

De Boccard Édition-Diffusion
11, rue de Médicis
F-75006 Paris
www.deboccard.com

ARCHIMAGE : les dernières images

Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

THÈBES. - Pyri, Tumulus de la colline d'Ampheion-5961
À l’Ouest de Thèbes, dans la région de Pyri, V. Aravantinos , K. Psaraki et I. Fappas (IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques et XIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont effectué en 2007 des sondages complémentaires sur un site déjà exploré au début des années 70, le tumulus de la colline d’Ampheion, sur lequel on avait exploré un tumulus en briques et une tombe à ciste. Les nouvelles recherches ont révélé la stratigraphie de la colline : la couche supérieure est composée de briques crues de tailles et de formes diverses et de terre de couleur marron ; cette couche est suivie d’une couche dure de sédiments de couleur marron clair d’une épaisseur de 0,70 m au centre et de 0,15 m sur les bords ; enfin, une couche de sédiments rouge recouvrent la roche.
....
Consulter la Chronique des fouilles