Recherches en cours



Depuis 2015, l’École française d’Athènes a repris les recherches sur l’Anavlochos. La prospection archéologique, topographique et géomorphologique du massif, menée sous la responsabilité de Fl. Gaignerot-Driessen, a en effet été initiée, dans le cadre d’un programme de deux ans (2015-2016). La campagne 2015 a permis de retrouver et de relever l’ensemble des vestiges signalés par P. Demargne dans l’habitat et à Kako Plaï. On a également pu reconnaître les limites de l’habitat géométrique, qui occupe le vallon central du massif sur une dizaine d’hectares, et préciser son organisation. Au total 300 structures architecturales antiques ont été relevées, cartographiées, décrites et photographiées, cependant que le matériel de surface a fait l’objet d’un ramassage et d’une étude préliminaire.




Le vallon central de l’Anavlochos vu du sommet du pic Nord-Ouest (cl. Mission Anavlochos)
 
 

La campagne 2015 a bénéficié du soutien financier de l’EfA, de l’ARC « A World in Crisis ?» (UCLouvain), de l’Université de Caroline du Nord (UNC), de l’Université de Paris-Sorbonne (ED 124), de l’EA 7338 et de l’UMR 8167.
 



© EfA / F. Gaignerot-Driessen


 

ARCHIMAGE : les dernières images

IMAGE
Delphes - Sanctuaire d'Apollon - E1054

Sujet : aurige figure en ronde bosse face tête détail Matériau : bronze Décor : aurige Technique : ronde bosse, Datation : -470,
Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

TANAGRA-5962
Dans la région de Tanagra antique, A. Charami (IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille et des travaux de restauration sur une tombe de type macédonienne, connue depuis 1895 et qui se trouve à l’intérieur de la zone de l’aéroport militaire. Les travaux ont révélé une tombe de type macédonien, à dromos en escalier à dix marches (long. 5 m ; larg. 0,70-1,10 m) et à chambre funéraire unique voûtée (fig. 1-2). Le monument est orienté Nord-Est/Sud-Ouest, avec l’entrée au Nord-Est. Il est construit en appareil régulier de blocs de poros ; le sol est en terre compacte et la chambre (11,45 m2) était fermée par une porte en marbre à double battants dont trois fragments avaient été transportés au Musée de Schimatari dès le XIXe s. À l’intérieur de la chamb
....
Consulter la Chronique des fouilles