Malia - Recherches dans le secteur Pi (2005-2016)
Les fouilles du secteur Pi ont débuté en 2005, dans une zone déjà partiellement connue par des explorations plus anciennes : le terrain se trouve au Nord de la « rue de la mer », entre la Crypte hypostyle vers l’est et la maison Delta alpha à l’ouest (fouillées respectivement par H. van Effenterre et P. Demargne).

 
 Fig.1 Plan topographique de Malia   
Fig. 1 Plan topographique de Malia ©EFA, L. Fadin
 

L’objectif principal de ce programme était le dégagement d’un quartier urbain néopalatial pour compléter les connaissances sur la ville des Minoen Moyen III-Minoen Récent. Les « quartiers » mis au jour au long du xxe s. dans différents secteurs de la ville n’avaient en effet fourni que de rares données stratigraphiques et un matériel drastiquement sélectionné. Les axes de la recherche sont les suivants :
- Préciser la typo-chronologie de la céramique de la période néopalatiale, considéré dans les publications existantes comme un ensemble MMIII/MRI flou et sans césure interne.
- Définir les modes de vie et les techniques de production (alimentaire, artisanale etc.) dans la ville néopalatiale, les informations étant relativement abondantes pour la phase protopalatiale (Quartier Mu, Abords Nord-Est du Palais). La collecte systématique des restes botaniques réalisée pour la première fois à Malia devait notamment éclairer les pratiques agricoles et alimentaires.
- Contribuer à une connaissance plus fine de l’urbanisme maliote par le dégagement d’un îlot urbain faisant la jonction avec le Quartier Delta (fouillé au début des années 1930 par P. Demargne) et la maison Kappa gamma.
Cinq campagnes de fouilles ont été menées entre 2005 et 2014, année de clôture des travaux de terrain. Chacune d’entre elles a été suivie de campagnes d’étude des vestiges.


Les résultats :
Le bâtiment néopalatial (MM III-MR IA)

Fig. 2a Plan du secteur Pi en 2014    Fig. 2b Photographie aérienne du secteur Pi en 2010
Fig. 2a. Plan du secteur Pi en 2014 ©EFA, G. Hilbert
Fig. 2b. Photographie aérienne du secteur Pi en 2010 ©EFA, C. Gaston


La fouille s’est concentrée sur les niveaux néopalatiaux. Le dernier horizon d’occupation date de la phase « mature » du MR IA. Celle-ci fut précédée de réaménagements majeurs du secteur au début du MR IA. Des dépôts primaires n’ont été découverts que dans la partie centrale du bâtiment (espaces 12, 14 et 16) où ils témoignent d’activités domestiques diverses (mouture, tissage, débitage de l’obsidienne, préparation alimentaire etc.).


Fig. 3 Espace 16
Fig. 3 Espace 16 ©EFA, C. Gaston

 
L’absence d’incendie et de foyer/four limite toutefois le volume de carporestes retrouvés. Les autres pièces étaient vides (espaces 4-5, 6, 7, 8), indiquant que le bâtiment fut progressivement abandonné et partiellement nettoyé. L’aile nord-est était formée d’espaces à l’architecture soignée (dallage aux interstices de galets, portique et puits de lumière) largement ouverts sur la « rue de la mer ».

Fig.4 Dallage aux galets, espace 6    
Fig. 4 Dallage aux galets, espace 6 ©EfA. M. Pomadère


Les vestiges d’une grande destruction intervenue au cours du MR IA sont bien attestés dans deux pièces en sous-sol (10 et 11, qui étaient originellement des caves probablement destinées au stockage, remplies de débris, en particulier céramiques ; ces derniers furent également amassés dans l’espace 2/3 où ils furent utilisés pour rehausser le dernier sol.

Fig. 5. Vue du secteur depuis le Nord    
Fig. 5. Vue du secteur depuis le Nord ©EFA, C. Gaston

L’un des principaux acquis des fouilles est la mise en évidence de deux phases d’occupation du MM III dans le secteur. Sous le dernier sol MR IA de l’espace 4, on a en effet découvert une fosse profonde d’environ 1 m, comblée surtout par de la vaisselle cassée et d’abondants restes fauniques dont l’étude indique un enfouissement rapide. La poterie peut être rattachée au MM IIIB, témoignant d’un épisode de destruction pour cette phase. Cette fosse avait été creusée à travers un sol plus ancien, dans une pièce contenant un dépôt de destruction in situ (un pithos et une douzaine de vases plus petits) appartenant à une phase antérieure, le MM IIIA.

Fig. 6. Espace 19, dépôt de destruction et matériel de la fosse 1  
Fig. 6 Espace 19, dépôt de destruction et matériel de la fosse 1 ©EFA, L. Manousogiannaki
 
A ce même horizon de destruction MM IIIA appartient vraisemblablement un large dépôt en position secondaire fouillé dans l’espace 24 situé au nord du bâtiment, dans un complexe de pièces protopalatiales. Il avait été comblé par les débris d’une destruction présentant des traces d’incendie (abondante vaisselle commune de stockage et de cuisine brûlée, outils lithiques, débris architecturaux).

Fig. 7 Vaisselle provenant du dépôt MM III de l’espace 24 après restauration  
Fig. 7 Vaisselle provenant du dépôt MM III de l’espace 24 après restauration ©EFA, C. Langohr

Les vestiges invitent donc à définir une succession d’au moins deux phases distinctes pour le MM III (A et B), conclues chacune par une destruction que l’on peut hypothétiquement attribuer à des séismes successifs.


L’occupation protopalatiale
Le bâtiment néopalatial n’occupe qu’une partie du secteur Pi, les bordures nord et ouest de la zone semblant abandonnées après le MM II et/ou le MM IIIA (espace 24). Au Nord, seul l’espace 17 a été fouillé jusqu’au rocher naturel, en raison de la qualité de son matériel. Les restes d’une importante destruction par incendie y furent en effet amassés au MM IIB. Les formes céramiques invitent à replacer ce dépôt dans le même horizon de destruction que le Quartier Mu, épisode mis en évidence dans d’autres secteurs de la ville. Une partie des artefacts sont liés à des activités artisanales (travail de la pierre pour la fabrication de sceaux et industrie osseuse).
 
Fig. 8 Espace 17 en cours de fouilles : lame de petite scie en bronze dans le dépôt MM IIB  
Fig. 8 Espace 17 en cours de fouilles : lame de petite scie en bronze dans le dépôt MM IIB ©EFA. M. Pomadère


À l’ouest de l’espace 25, le petit espace 32 contenait un dépôt primaire de nature domestique, formé de poteries et d’outils lithiques écrasés sur place, certainement lors du même épisode de destruction.

Fig.9 Espace 32, dépôt de destruction MM IIB en cours de fouilles  
Fig. 9 Espace 32, dépôt de destruction MM IIB en cours de fouilles ©EFA. M. Pomadère


Entre les deux, le grand espace 25 fut vraisemblablement utilisé comme une cour, sans structure construite pérenne à la période néopalatiale. La nature de son aménagement au MM II demeure obscure en raison de murs très arasés. On y a cependant découvert, juste sous le niveau du MRI, un épandage de mobilier et une fosse comblée par un matériel MM IIA, une phase jusque maintenant mal connue à Malia.
L’ensemble du secteur Pi semble avoir été densément occupé pendant le MM II. La zone 7, située entre le bâtiment néopalatial et la maison Delta alpha, correspond à un édifice protopalatial qui servit partiellement de dépotoir au MM III. Cette zone avait déjà fait l’objet de décapages par P. Demargne, qui y avait interrompu les recherches en raison de vestiges trop perturbés. Certaines pièces n’avaient cependant pas été complètement vidées, ainsi l’espace 28 dans lequel ont été mis au jour un pithos et quelques petits vases MM IIB tombés contre un pilier  et un bloc d’ammouda creusé de deux cavités (« auge double »).

Fig.9 10. Espace 28, pilier et bloc à double cavité en fin de fouilles  
Fig. 10 10. Espace 28, pilier et bloc à double cavité en fin de fouilles ©EFA. M. Pomadère

Enfin, deux sondages réalisés sous les sols du bâtiment néopalatial ont permis d’atteindre des niveaux du Minoen Ancien II en place. La présence de sols et d’un foyer, associés notamment à des pièces en obsidienne abondantes signalent la présence d’un habitat prépalatial à cet endroit.


Bibliographie :
- I. Bradfer-Burdet, M. Pomadère, « Travaux de l’école française en 2003-2004. Malia, Quartier Delta », BCH 128-129.2.1 (2004-2005) [2007], p. 944-959.
- I. Bradfer-Burdet, M. Pomadère, « Travaux de l’école française en 2005. Malia, Bâtiment Pi », BCH 129-130.2 (2005-2006), p. 752-755.
- M. Pomadère, « Rapports sur les travaux de l’école française en 2006. Malia, Bâtiment Pi », BCH 131.2 (2007) [2009], p. 1026-1028.
- M. Pomadère, « Rapports sur les travaux de l’école française en 2007. Malia, le bâtiment Pi », BCH 132.2 (2008) [2010], p. 827-834.
- M. Pomadère, « Rapports sur les travaux de l’école française en 2008. Malia, secteur Pi – Campagne d’étude de l’Anavlochos – Chrysolakkos », BCH 133.2 (2009) [2011], p. 633-669.
- M. Pomadère, « Rapports sur les travaux de l’école française en 2009. Malia, secteur Pi », BCH 134.2 (2010) [2012], p. 589-591.
- M. Pomadère, « Rapports sur les travaux de l’école française en 2010. Malia, secteur Pi », BCH 135.2 (2011), [2014], p. 601-624.
- M. Pomadère, « Rapports sur les travaux de l’école française en 2011 et 2012. Malia, bâtiment Pi », BCH 136-137.2 (2012-2013) [2015], p. 647-650 et 867-868.
- M. Pomadère, T. Gomrée, Ch. Langohr « Excavations in the Pi Area at Malia (2005-2010) », in Andrianakis M., Varthalitou P., Tzachili I. (éds), Αρχαιολογικό Έργο Κρήτης 2. Πρακτικά της 2ης Συννάντησης, Ρέθυμνo, 26-28 Νoεμβρίoυ 2010 / Archaeological Work in Crete 2. Proceedings of the 2nd Meeting, Rethymnon, 26-28 November 2010, Rethymno, 2012, p. 89-97
 
À paraître :
M. Pomadère, T. Gomrée, « Building Pi and the Neopalatial period at Malia », Acts of the 11th Cretological Congress, Rethymnon, 2011.
C. Knappett, M. Pomadère, A. Gardeisen, T. Gomrée, T. Theodoropoulou et P. Westlake., « Deux dépôts MM IIA dans le secteur Pi de Malia », BCH, 2017.
M.E. Alberti, C. Langohr et M. Pomadère, « Evidence for trouble and social transformation at Middle Minoan III Malia, Crete. A view from Area Pi », Acts of the 12th Cretological Congress, Heraklio 2016.




 ©EFA. M. Pomadère

ARCHIMAGE : les dernières images

IMAGE
Thasos - Quartiers Sud - N562-005

Plaque inscrite en céramique.
Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

PHILIPPES-5770
Dans la ville antique de Philippes, G. Gounaris (Université de Thessalonique) a poursuivi entre 2008 et 2010 les fouilles systématiques et les restaurations sur deux îlots de la Via Egnatia qui ont livré des habitations et sur deux îlots au Sud de la Rue Oblique (fig. 1), qui ont livré, dans leur dernier état, des magasins et des ateliers. Sur l’îlot Sud-Ouest, la campagne de 2008 s’est concentrée sur la région au Nord/Nord-Ouest du puits moderne, sur le côté Sud-Ouest de l’îlot. Sous une couche datée des IVe-VIe s., probablement constituée des déchets d’un atelier de verrier, on a mis au jour les sols de plusieurs espaces, pavés de mosaïques. On a notamment dégagé un couloir allongé, avec un sol pavé de mosaïque (dim. 24 x 3,20 m) divisé en trois champs de dimensions inégales. Ils sont
....
Consulter la Chronique des fouilles