Céramique à Thasos
  • MÉCÉNAT
  • Candidatures

  • Retour en images sur la célébration des 175 ans de l'EFA. Au programme de la soirée du 22 septembre : inauguration de l'exposition EFA 175 dans les jardins, concert en plein air et réception
    Célébration des 175 ans de l'EFA, 22 septembre 2021. ©EFA, K. Bekas
     
    Célébration des 175 ans de l'EFA, 22 septembre 2021. ©EFA, K. Bekas
     
    Célébration des 175 ans de l'EFA, 22 septembre 2021. ©EFA, K. Bekas
     
    Célébration des 175 ans de l'EFA, 22 septembre 2021. ©EFA, K. Bekas
     

    Documentaire sur l’EFA et les découvertes de Delphes et de Délos, « Autels des Dieux », par François Villiers (1948, les Films Caravelle), commandé dans le cadre des célébrations du Centenaire de l’EFA.
    Ce film est actuellement conservé dans le fonds de la Cinémathèque centrale de l’enseignement public (CCEP), Sorbonne nouvelle en partenariat avec Réseau Canopé.
    Les archives liées à cette commande sont inventoriées dans la série ADM, relative aux archives administratives de l’EFA, dossier 7 ADM 27. 


     
     

     
     

    Fondée en 1846 par une ordonnance de Louis-Philippe, l’École française d’Athènes est le premier institut de recherche français implanté à l’étranger et le premier établissement de recherche étranger de la Grèce moderne en construction. D’abord installée à proximité de la Place Syntagma, elle se développe dès 1873 dans ces bâtiments qu’elle occupe encore aujourd’hui et qui sont classés au patrimoine national grec. Sous l’impulsion de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, et aujourd’hui sous la tutelle du ministère français de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, l’EFA conduit dès ses débuts, avec ses directeurs successifs, une politique d’exploration des sites archéologiques et de collecte d’informations tant sur l’Antiquité que sur la Grèce moderne, grâce à de jeunes savants envoyés en Grèce par le gouvernement français. La communauté de la rue Didot, de décennie en décennie, partage la vie des Athéniens et vit avec eux les faits divers comme les crises et les conflits nationaux ou internationaux.
    Au fil des recherches et des explorations archéologiques conduites sur des sites majeurs de la Grèce antique et byzantine, en Crète, en Béotie, à Délos, à Delphes, Thasos, à Argos ou encore Philippes, les membres de l’École française d’Athènes tissent des liens avec les Grecs, apprennent à connaître le pays, en révèlent la richesse par leurs travaux scientifiques et leurs communications dans la presse, transmettent leurs impressions de voyage dans leur correspondance.
    Fondée sur les archives de l’École ainsi que sur la contribution de fonds d’archives partenaires (Musée L, Louvain-la-Neuve, Direction de la Documentation de l'Université de Lorraine et Cinémathèque Centrale de l’enseignement public), cette exposition se veut une évocation de l’École à ses débuts. Elle propose un parcours dans les jardins de l’EFA à la découverte de la vie quotidienne de ces « Athéniens » qui ont précédé les chercheurs d’aujourd’hui.


    Η Γαλλική Σχολή Αθηνών, που ιδρύθηκε το 1846 με βασιλικό διάταγμα  του Λουδοβίκου-Φίλιππου, είναι το πρώτο γαλλικό ινστιτούτο έρευνας που συστάθηκε στο εξωτερικό και το πρώτο ξένο ερευνητικό ίδρυμα της σύγχρονης Ελλάδας, κατά την εποχή της ανασυγκρότησης της. Αρχικά η έδρα της ήταν στην πλατεία Συντάγματος, ενώ από το 1873, εγκαταστάθηκε  στα κτίρια που εδρεύει ακόμα και σήμερα και τα οποία έχουν πλέον κηρυχθεί διατηρητέα μνημεία της ελληνικής πολιτιστικής κληρονομιάς. Χάρη στην υποστήριξη της Ακαδημίας Επιγραφών και Καλών Γραμμάτων (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres), και υπαγόμενη σήμερα στο  Υπουργείο Ανώτατης Εκπαίδευσης, Έρευνας και Καινοτομίας της Γαλλίας, η Γαλλική Σχολή υλοποιεί από τις απαρχές της, με τους διαδοχικούς διευθυντές της, μια πολιτική εξερεύνησης αρχαιολογικών χώρων και συλλογής πληροφοριών τόσο για την Αρχαιότητα όσο και για τη σύγχρονη Ελλάδα, χάρη στους νέους επιστήμονες που στέλνει η γαλλική κυβέρνηση στην Ελλάδα. Από δεκαετία σε δεκαετία, η κοινότητα της οδού Διδότου μοιράζεται τη ζωή των Αθηναίων και βιώνει μαζί τους όλες τις εξελίξεις, όπως κρίσεις και αρχαιολογικών εξερευνήσεων που διεξάγονται σε σημαντικούς χώρους της αρχαίας και βυζαντινής Ελλάδας, στην Κρήτη, στη Βοιωτία, στη Δήλο, στους Δελφούς, στη Θάσο, στο Άργος ή ακόμη και στους Φιλίππους, τα μέλη της Γαλλικής Σχολής Αθηνών εξυφαίνουν τους δεσμούς τους με τους Έλληνες, μαθαίνουν πώς να καταλαβαίνουν τη χώρα, και αποκαλύπτουν τον πλούτο της μέσα από το επιστημονικό τους έργο και τις δημοσιεύσεις τους στον Τύπο, ενώ μεταδίδουν τις εντυπώσεις από τα ταξίδια τους μέσα από την αλληλογραφία τους.
    H παρούσα έκθεση, βασισμένη κυρίως στα αρχεία της Σχολής αλλά και σε αρχεία συνεργαζόμενων φορέων (Musée L, Louvain-la-Neuve, Διεύθυνση Τεκμηρίωσης του Πανεπιστήμιου της Lorraine και Κεντρική Κινηματογραφική Λέσχη της δημόσιας εκπαίδευσης), κάνει μία νοσταλγική αναδρομή στις απαρχές της Σχολής. Προτείνει ένα ταξίδι στους κήπους της Γαλλικής Σχολής, ώστε να αποκαλύψουμε την καθημερινή ζωή αυτών των «Αθηναίων» που είχαν βρεθεί εδώ πριν από τους σημερινούς ερευνητές.



    L’exposition « EFA 175 » est organisée par l’École française d’Athènes, avec la collaboration du Musée L, musée universitaire de Louvain, Belgique, de la Direction de la Documentation de l'Université de Lorraine et de la Cinémathèque Centrale de l’enseignement public.
     
    Commissariat de l’exposition : Véronique Chankowski      
    Coordination : Marie Stahl, Nolwenn Grémillet      
    Recherches iconographiques : Kalliopi Christophi, Elpida Chairi
    Édition photo et vidéo : Eirini Miari      
    Conception graphique : Anastasia Galati      
    Traduction : Marioanna Louka     
    Révision des textes grecs : Evangelia Trouki



    Η έκθεση «EFA 175» διοργανώνεται από τη Γαλλική Σχολή Αθηνών, με τη συνεργασία του Musée L, του Πανεπιστημιακού Μουσείου του Louvain στο Βέλγιο, της Διεύθυνσης Τεκμηρίωσης του Πανεπιστήμιου της Lorraine και της Κεντρικής Κινηματογραφικής Λέσχης της δημόσιας εκπαίδευσης.
     
    Επιμέλεια έκθεσης: Véronique Chankowski      
    Συντονισμός: Marie Stahl, Nolwenn Grémillet      
    Εικονογραφική έρευνα: Καλλιόπη Χριστοφή, Ελπίδα Χαίρη
    Επεξεργασία φωτογραφιών και βίντεο: Ειρήνη Μίαρη    
    Γραφιστικά: Αναστασία Γαλάτη    
    Μετάφραση: Μαριωάννα Λουκά     
    Επιμέλεια ελληνικών κειμένων: Ευαγγελία Τρούκη



     

    Lettre des automobiles Hotchkiss au directeur de l’EFA, 4 février 1930 / EFA 5 ADM 28

    « La carrosserie très galbée de notre tout dernier modèle 1930 comporte une finition très soignée et nous avons déjà livré plusieurs voitures de finition exactement semblable à des membres des corps diplomatiques français ou étranger. »


    Επιστολή από την αυτοκινητοβιομηχανία Hotchkiss προς τον Διευθυντή της Γαλλικής Σχολής, 4 Φεβρουαρίου 1930 / EFA 5 ADM 28  

    «Το πολύ καμπύλο φινίρισμα στο αμάξωμα του τελευταίου μας μοντέλου του 1930 είναι πολύ προσεγμένο και έχουμε ήδη παραδώσει αρκετά αυτοκίνητα με ακριβώς παρόμοιο φινίρισμα σε μέλη διπλωματικών σωμάτων της Γαλλίας και του εξωτερικού.»
     





     

    Lettre de E. Burnouf à I. Vincent, 10 mai 1847. Επιστολή του E. Burnouf στον I. Vincent, στις 10 Μαΐου 1847 / Université de Lorraine fonds Burnouf 51 5 15
     
    « En arrivant, nous avons trouvé une charmante maison, mais parfaitement vide. […] Suppose-toi sur le toit de la terrasse de notre maison : elle est située au pied du Lycabette, du côté de l’ouest à peu près : le Lycabette est une petite montagne de neuf cent pieds de hauteur en pente [uniforme ?] de tous côtés, couverte de thym et de bruyères jaunes sur ses flancs, et surmontée de deux massifs de grands rochers gris et orangés ; le plus grand rocher est dominé par une petite chapelle de Agios Elias où l’on fait une fête chaque année. Je t’enverrai plus tard le croquis du Lycabette. Si tu le regardes, tu as à ta gauche le petit mont Anchesme, un peu moins haut que le précédent et formant un mamelon surmonté de rochers que l’on mine en ce moment pour bâtir la nouvelle Athènes, την νεάπολη. Entre les deux se montre à l’horizon le sommet bleu et violet du Pentélique transparent. A la gauche formant un angle droit avec les précédents s’élèvent les [croupes] du Parnès, qui laissent entre elles et le Pentélique un large passage pour la route de Marathon. »
     
    «Φτάνοντας, βρήκαμε ένα υπέροχο σπίτι, αλλά τελείως άδειο. […] Φαντάσου πως είσαι στη στέγη της βεράντας του σπιτιού μας: βρίσκεται στους πρόποδες του Λυκαβηττού, περίπου στη δυτική πλευρά. Ο Λυκαβηττός είναι ένα μικρό βουνό ύψους εννιακοσίων ποδιών με ομαλές κλίσεις, καλυμμένο με θυμάρι και κίτρινη ερείκη στις πλαγιές του, που στεφανώνεται από δύο όγκους γκρίζων και πορτοκαλί βράχων. Στον μεγαλύτερο βράχο υπάρχει ένα μικρό παρεκκλήσι του Προφήτη Ηλία όπου γίνεται γλέντι κάθε χρόνο. Θα σου στείλω το σκίτσο του Λυκαβηττού αργότερα. Αν κοιτάξεις, θα δεις στα αριστερά σου τον λίγο χαμηλότερο βράχο του Αγχεσμού. Σχηματίζει έναν χαμηλό βραχώδη λόφο, από τα οποία γίνεται αυτή τη στιγμή εξόρυξη για να χτίσουν τη νέα Αθήνα, τη νέα πόλη. Ανάμεσα από τους δυο λόφους διακρίνονται στον ορίζοντα η μπλε και η βιολετί κορυφή του Πεντελικού όρους. Αριστερά σχηματίζοντας ορθή γωνία με τα προηγούμενα, υψώνονται [οι κορυφογραμμές] της Πάρνηθας, που δημιουργούν μαζί με την Πεντέλη ένα φαρδύ πέρασμα για το δρόμο προς τον Μαραθώνα.»


    Carnet de voyage de Ch. Lévêque, 1847. Ταξιδιωτικό σημειωματάριο του Ch. Lévêque, 1847 / EFA FP Arch 9 1
     
    « Comment ne pas naître artiste quand on a pour berceau un tel pays ? Ailleurs la nature peut être plus grande, plus étonnante ; la mer plus terrible, les montagnes, plus escarpées, les vallées plus profondes, les fleuves plus larges et plus abondants. Mais dans ces pays gigantesques la nature domine, écrase l’homme, pour ne le lui laisser plus que le sentiment de sa petitesse et le plonger, s’il est poète, dans une mélancolie […]. Ici, la nature est à la taille de l’homme, elle n’est pas là pour l’humilier, mais pour lui plaire. »
     
    «Πώς να μην γεννηθείς καλλιτέχνης όταν έχεις για λίκνο σου μια τέτοια χώρα; Αλλού η απεραντοσύνη της φύσης  μπορεί να είναι μεγαλύτερη και το τοπίο  πιο εντυπωσιακό, η θάλασσα πιο τρομακτική, τα βουνά πιο απότομα, οι κοιλάδες βαθύτερες, τα ποτάμια πιο πλατιά και με άφθονο νερό. Αλλά σε αυτές τις γιγαντιαίες χώρες η φύση κυριαρχεί, συνθλίβει τον άνθρωπο, αφήνοντάς του μόνο την αίσθηση της μικρότητάς του και βυθίζοντάς τον, αν είναι ποιητής, σε μια μελαγχολία [...]. Εδώ, η φύση έχει ανθρώπινο μέγεθος, δεν είναι εδώ για να τον ταπεινώσει, αλλά για να τον ευχαριστήσει.»


    Lettre de P. Guillon à Ch. Picard, 4 mars 1934. Επιστολή του P. Guillon στον Ch. Picard, 4 Μαρτίου 1934 / EFA FCP 3 2
     
    « Mais on est bien peu à soi quand on arrive à pieds joints dans une vie nouvelle, un milieu nouveau, et il y a même ici, il faut l'avouer, dedans et aux alentours, plus de gens encore qu'on n'en attendrait peut-être. Et puis il y avait une véritable boulimie de travail, l'envie de rassembler aussitôt enfin quelques livres sur sa table, de remuer du papier - il y avait le bonheur, après quelques semaines de joyeuse errance [en Italie], d'être dans un coin qui eut enfin l'air d'un chez soi, et les petits soucis de l'aménagement de ce coin. [... Les choses] s'annoncent en tout cas dans un bout de logement fort sympathique que j'hérite de Devambez, et qui, au ras du sol, se colle au tennis, en sorte qu'on y peut de la fenêtre ouverte sauter sur le terrain. C'est frais, mais justement voici les jours chauds déjà. »
     
    «Αλλά είμαστε κάπως έξω απ’τα νερά μας όταν προσγειωνόμαστε σε μια νέα ζωή, σε ένα νέο περιβάλλον, και υπάρχουν ακόμη και εδώ, πρέπει να το παραδεχτούμε, εδώ και στα περίχωρα, περισσότεροι άνθρωποι απ’όσους μπορεί να περιμέναμε. Υπήρχε μάλιστα πραγματική λαχτάρα για δουλειά, η επιθυμία να βάλουμε αμέσως μερικά βιβλία στο τραπέζι, να ξαναθυμηθούμε τα χαρτιά μας – είχαμε τη χαρά, μετά από μερικές εβδομάδες χαρούμενης περιπλάνησης [στην Ιταλία], να βρισκόμαστε σε μια γωνιά που θύμιζε επιτέλους το σπιτικό μας, με όλες τις μικρές σκέψεις για τη διαμόρφωση του χώρου μας. [... Τα πράγματα] τοποθετούνται σε κάθε περίπτωση σε ένα πολύ ωραίο κατάλυμα που κληρονόμησα από τον Devambez, ισόγειο, σχεδόν κολλημένο  στο γήπεδο του τένις, έτσι ώστε να μπορούμε ανοίγοντας το παράθυρο να πηδήξουμε στο γήπεδο. Είναι δροσερό, αλλά ήδη ήρθαν ζεστές μέρες.»



    Lettre de Th. Homolle à sa mère, février 1876. Επιστολή του Th. Homolle προς τη μητέρα του, Φεβρουάριος 1876 / EFA DELPHES 4-Homolle 6

    « Ma bonne mère, je ne t’ai encore rien dit de mon installation. […] Je ne suis pas le mieux logé des Athéniens ; étant le dernier venu, j’ai pris ce qui restait ; j’ai, par exemple, le désagrément de n’avoir pas, comme mes camarades, chambre à coucher et cabinet de travail ; et c’est un assez grand ennui pour moi, mais c’est un ennui auquel je me suis fait pendant mes treize mois d’académie. À part cela, je suis bien, ma chambre est assez haute, suffisamment grande, exposée au levant et au midi, qui est à la fois la meilleure exposition en hiver, et la meilleure en été, propre et bien entretenue. Ce qui me manque le plus c’est la vue : l’École est placée au pied d’une montagne aride qui nous entoure sur deux faces et j’ai le malheur d’avoir justement mes fenêtres sur ces deux faces ; autant vaudraient presque deux murailles que ces deux énormes rochers qui me font vis-à-vis. Cependant, j’ai une petite échappée sur le Parthénon et sur la mer ; en me penchant beaucoup, j’aperçois les grandes murailles à gué de l’Acropole, les colonnes dorées du temple, et les eaux bleues du golfe. Puis j’ai pour voisin un petit village crétois, sur la pente de la montagne, et des carrières en exploitation, ce qui produit un va-et-vient à peu près continuel de passants et de charrettes. J’entends bavarder et chanter sur le mode lent et monotone des Grecs. »
     
    «Καλή μου μητέρα, δεν σου έχω πει ακόμα τίποτα για την εγκατάστασή μου. […] Δεν έχω βρει και το καλύτερο κατάλυμα των Αθηνών. Καθώς ήρθα τελευταίος, πήρα ό, τι είχε απομείνει. Αντιμετωπίζω, για παράδειγμα, την ταλαιπωρία να μην έχω, όπως οι συμμαθητές μου, υπνοδωμάτιο και γραφείο μελέτης – κι αυτό είναι αρκετά μεγάλη ταλαιπωρία, αλλά είναι μια ενόχληση που έχω συνηθίσει κατά τη διάρκεια των δεκατριών μηνών της ακαδημαϊκής μου θητείας. Πέραν τούτου είμαι καλά, το δωμάτιό μου είναι αρκετά ψηλοτάβανο, αρκετά μεγάλο, βλέπει προς την ανατολή στις μεσημβρινές ώρες – έχει δηλαδή την καλύτερη θέση το χειμώνα και την καλύτερη το καλοκαίρι και το σπίτι είναι καθαρό και καλοδιατηρημένο. Αυτό που μου λείπει περισσότερο είναι η θέα: η Σχολή βρίσκεται στους πρόποδες ενός άνυδρου βουνού που μας περιβάλλει από τις δύο πλευρές και έχω την ατυχία να βλέπουν τα παράθυρά μου προς αυτές τις δύο όψεις. Καλύτερα να είχα δυο τοιχογραφίες παρά αυτούς τους δυο τεράστιους βράχους που με κοιτάζουν. Ωστόσο, το μάτι μου μπορεί και αποδρά λίγο προς τον Παρθενώνα και τη θάλασσα: αν σκύψω πολύ προς τα μπροστά, βλέπω τα μεγάλα τείχη της Ακρόπολης, τους χρυσούς κίονες του ναού και τα γαλάζια νερά του κόλπου. Επίσης έχω για γείτονα ένα μικρό κρητικό χωριό, στην πλαγιά του βουνού, και ενεργά λατομεία που δημιουργούν ένα συνεχόμενο πήγαινε-έλα από εργάτες και καροτσάκια. Τους ακούω που κουβεντιάζουν και τραγουδούν με τον αργό και μονότονο τρόπο των Ελλήνων.»

     

    Athènes et l'Acropole, fin XIXe s. – début XXe s. Η Αθήνα και η Ακρόπολη, τέλη 19ου - αρχές 20ου αι. / J. Chamonard, EFA FJC P 13
     
     

    Nous souhaitons agrémenter la version virtuelle de l’exposition par des témoignages actuels et nous nous tournons ainsi vers vous. Si ce projet vous inspire, n’hésitez pas à nous envoyer un paragraphe, ou bien même quelques lignes, sur vos premiers souvenirs du pays et/ou votre arrivée à l’EFA, sans oublier de mentionner l’année. Vous pouvez également nous envoyer une ou plusieurs photographies dont vous détenez les droits accompagnée(s) de leur(s) légende(s) et crédits. Votre nom sera bien entendu mentionné. 
    Contactez-nous via Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

    Guy Ackermann, membre suisse de l’EFA (2018-2022). Souvenirs de 2001. 

    Il y a précisément 20 ans, en octobre 2001, je découvris la Grèce pour la toute première fois. Arrivée en fin d’après-midi à Athènes, la troupe d’élèves fribourgeois dont je faisais partie gravit le Lycabette, non pas par une nostalgie prématurée de nos belles Préalpes, mais pour admirer la ville au coucher du soleil. Aucun mot ne peut décrire l’émotion que j’ai alors ressentie. Les larmes me montent aux yeux en me remémorant cette première impression et cet instant précis où j’ai compris que je ferai désormais tout mon possible pour faire de la Grèce ma seconde patrie. 
    Riche d’une nouvelle passion, je redescendis les pentes du Lycabette avec la joyeuse troupe d’hellénistes en herbe. Je me souviens très clairement d’être passé dans une rue arborée devant un magnifique portail qui laissait deviner un immense jardin. L’un des professeurs de grec ancien qui nous guidait s’y est arrêté et nous a déclaré avec une touche de solennité qu’il s’agissait de « l’École française, l’un des plus prestigieux instituts d’archéologie. Derrière ses murs se cache la meilleure bibliothèque du monde pour l’étude du monde grec ». Ces paroles ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd : vingt ans plus tard, j’ai la chance et l’honneur de pouvoir franchir tous les matins son imposant portail et d’écrire ces lignes en admirant son merveilleux jardin.

     
    Pierre Aupert, ancien membre (1970-1974), puis bibliothécaire (1974-1976) et enfin secrétaire général (1976-1982) de l’École française d’Athènes. Souvenirs de 1970.

    « Le souvenir qui émerge de mes premiers mois à l'EFA en 1970, c'est curieusement le froid. Mon appartement, rue Doxapatri, n'était chauffé que deux trop brèves fois par jour et Pierre Amandry, comme je travaillais parallèlement à la publication du Nymphée de Tipasa pour la Collection de l'Ecole de Rome, m'avait déclaré en gros : "Aupert, vous êtes spécialiste d'architecture romaine, il y a un stade à Delphes, personne ne sait de quand il date, il y a un mur de soutènement porteur d'une inscription archaïque, Pausanias  attribue sa construction à Hérode Atticus, allez donc démêler tout ça". La première fois que j'ai voulu prendre contact avec ce stade, c'était l'hiver, j'ai dû faire demi-tour au péage de l'autoroute, pour ne pas être bloqué par les voitures qui virevoltaient sur la neige et commençaient à obstruer les voies. Plus tard, avec les ouvriers du regretté Christo, on coupait des pins qui obstruaient le mur de soutènement et on les brûlait pour se chauffer, réchauffer le café ou griller du kontosouvli. Les trous de louve des blocs fournissaient leurs profils sous forme de glaçons, tandis que les pivotements du théodolite étaient ralentis et ses réglages rendus malhabiles par la fourrure des gants. Quant aux soirées athéniennes des membres ou chez le secrétaire général, Francis Croissant, elles étaient animées par le serpent de mer des aventures de Jean-Jacques Maffre qui, au grand dam de son épouse, ne revenait pas d'un périple au Moyen-Orient, tantôt bloqué par des djihadistes ou une frontière fermée, tantôt mis en quarantaine dans les Balkans pour cause de choléra. C'était le bon temps ! Enfin, pas toujours, car c'était celui des colonels. [...] Un jour où Loula Amandry m'avait demandé de chanter lors d'un repas dans une taverne de Delphes lors d'une visite de site avec les membres, j'avais entonné le 'Vrako' de Théodorakis et un grand silence s'est abattu sur la salle : je n'avais pas vu une tablée de policiers, qui n'ont du reste pas eu de réaction. »
     

    Le toit et la terrasse de la bibliothèque vus depuis la fenêtre de la chambre 16 de l’Annexe, février 1997 ©Marie-Cécile NavetMarie-Cécile Navet, néohelléniste. Extrait de son journal de séjour à l’« Annexe » en janvier et février 1997 comme boursière de l’EFA .

    « Mercredi 8 janvier : c’est une étrange boutique, ici, un monde à part. Il n’y a ni télé ni radio et le centre du monde est la bibliothèque. Elle est réellement extraordinaire, tant par la richesse de son contenu que par le dédale de pièces et de galeries qu’elle forme. Le premier soir, j’y suis allée seule. C’était magique de tout découvrir ainsi dans le silence de la nuit.
    Mercredi 15 janvier : plus les jours passent, plus j’ai l’impression de vivre une parenthèse, une autre vie et, en même temps, je me sens complètement à ma place ici. La vie de pensionnaire en liberté me plaît beaucoup. Il y a des gens très intéressants. Autre chose de très appréciable : les chercheurs n’ont pas d’âge. Ils sont mélangés de 23 à 60 ans et l’âge ne compte plus. 
    Vendredi 30 janvier : j’ai travaillé jusqu’à midi. A midi nous nous sommes tous « habillés » pour la Pita. Le buffet était très bon. Après la réception, nous avons fait une séance de photos-souvenirs dans le jardin, entre nous. Nous avons beaucoup ri. Avec R. le Libanais, nous avons cueilli des citrons et il nous a appris à faire une vraie limonade. Tout le monde se sentait en « vacances ». Il faisait beau, nous avons décidé de tous monter au Lycabette à pied. Je n’y étais jamais retournée depuis mes 17 ans. La vue était superbe.
    Dimanche 9 février : ce microcosme, où profs et étudiants de la même fac, générations variées, chercheurs studieux ou un peu fumistes, riches et pauvres, habitués et gens un peu perdus, locataires de 3 jours et locataires de 3 mois se mêlent, se bousculent dans la même cuisine trop étroite et mangent à la même table, ce microcosme génère des situations intéressantes à observer.
    Samedi 22 février : j’ai parlé longuement avec Mme Andréadi (Thérèse), la secrétaire du directeur. Elle m’a raconté l'Alexandrie qu’elle a quittée en 1959 à 27 ans … et qu’elle regrette toujours.
    Dimanche 2 mars : j’ai fait mes bagages toute la matinée et j’ai fini sur le toit de la bibliothèque pour prendre mes deux dernières photos : il a neigé sur les hauteurs environnantes. Dieu que c’est beau ! »
     

    Christina Mitsopoulou, chercheur résident Collex-Persée à l'EFA. Souvenirs de l'EFA, 1990-91.

    « Mes souvenirs de l'EFA remontent à l'année académique 1990/1991, quand j'écrivais mon mémoire de Maitrise à Paris IV avec un ancien délien, Philippe Bruneau.
    C'était lui qui nous avait introduit à une approche archéologique complexe, et inspiré la passion pour la recherche dans les Cyclades. Par mon entrée à la bibliothèque de l'EFA, sous la direction d'Olivier Picard, j'ai pu faire mon premier voyage à Délos. Je retiens comme plus fort souvenir (hormis le site) la maison des fouilles de l'EFA, avec tout ses précieux petits rituels dans le déroulement du quotidien, et plus spécialement la galerie des profils des illustres anciens déliens, dessinés en noir sur le mur, à l'ombre d'une lampe. Inoubliable hommage à la généalogie des chercheurs, qui permettait à une jeune personne de visualiser et se rendre compte de la complexité des enjeux, et des vies disparues des savants. Une galerie sans pompe et prétention, interne et discrète.
    Pour les lieux mêmes de l'EFA, marquant est le souvenir de la bibliothèque, qui à l'époque avait les parties anciennes et la moderne "salle C" (pas encore l'extension de la salle D, ni l'état rénové de la salle B). Elle fut un lieu merveilleux de réflection  lecture, concentration et recherche, mais aussi lieu d'encontre avec une communauté.
    L'image la plus marquante que je garde de ces jours? C'est sans doute la silhouette fine et imposante de Vanna Chatzimichalis, avec son large bandeau sur le front et une cigarette à la main; elle assurait encore à l'époque -à un âge bien avancé- la publication de la Chronique des Fouilles. Seulement plus tard je me suis rendue compte de la valeur historique de son image: pas seulement dû à son lien à la famille Chatzimichalis (architecture et recherche sur le folklore), ou de son rôle de médiateur entre l'EFA et la société athénienne; mais surtout par son identité de petite-fille du grand numismate Jean N. Svoronos, avec lequel elle avait d'ailleurs une certaine ressemblance physique. Elle incarnait à sa façon l'histoire de l'Archéologie grecque, au sein de l'institution de l'EFA. »

     

    Maguelone Bastide, membre scientifique de l'EFA (2021-...). Initiatique, 1996.

    « Mon premier voyage en Grèce, c’était le premier voyage de ma vie. Sur la banquette arrière d’un monospace, j’ai traversé l’Italie et l’Adriatique en arrêtant à peine mon attention sur Pompéi et Herculanum, trop occupée, paraît-il, à apprendre l’alphabet nouveau qui nous attendait.
    En voiture d’Olympie aux Météores, en voilier du Pirée à Paros : j’ai été transportée par mes parents et transformée par les lieux, sous le regard amusé de mes sœurs aînées. Je voyais les athlètes s’élancer sur le stade olympien sous le regard de Zeus, et son rire pouvait se confondre avec le cliquetis des komboloï. Voilà un pays où les contes animent le marbre ! C’était résolu : quand je serais grande, j’apprendrais le grec et je deviendrais archéologue.
    Vingt-cinq ans plus tard, l’EFA m’ouvre ses portes. »

     

    Marina Ducrey sur le Christoforo Colombo. 1967Pierre Ducrey, ancien membre suisse de l'EFA (1967-1970). Souvenirs de 1967. 

    « Janvier 1967 : comment atteindre la Grèce avec une automobile chargée jusqu’au toit ? On nous avait signalé la possibilité d’embarquer à Trieste sur un paquebot italien d’émigrants, le Christoforo Colombo, qui faisait escale à Venise, Le Pirée, Messine, Barcelone, avant de mettre le cap sur New York. Scènes déchirantes des émigrants au départ de Trieste.
    19 janvier 1967 
    10 heures : le Pirée est en vue par un temps gris, pluvieux et froid, plutôt lugubre. Pas d’accostage possible, les dockers sont en grève.
    16 heures : accostage réussi. L’auto est débarquée, mais tout le chargement doit encore passer en douane.
    17 heures : cap sur Didotou 6. Nous garons la voiture devant la porte de l’École, sonnons. Mon épouse Marina et moi sommes conduits à la maison du directeur. Georges Daux nous reçoit fort courtoisement au salon et nous souhaite la bienvenue, puis nous envoie au bureau du secrétaire général, situé alors à côté du « superluxe ». Philippe Bruneau nous accueille lui aussi très courtoisement et se réjouit de notre arrivée. Ni le directeur, ni le secrétaire général ne pensent à nous demander où nous comptons loger.
    18h30 : les entretiens sont terminés, nous retrouvons notre auto. Nous voici partis à la recherche d’un hôtel. Nous repérons l’hôtel Lykabitos, Odos Valaoritou (aujourd’hui disparu). Nous y passerons une semaine, en attendant de trouver la maison de nos rêves à une adresse prédestinée : Odos Platonos 6, Neo Psychiko. Nous y passerons les quatre années les plus heureuses de notre vie. »

     



     

    Lettre du directeur de l’EFA répondant à la presse, 16 décembre 1956 / EFA 1 ADM

    « On se promène parfois, à l’École, mais on y travaille surtout. Quand on se promène, c’est pour guider les centaines de visiteurs de marque que l’École reçoit chaque année à sa table ou conduit sur les chantiers de fouilles. »


    Επιστολή του διευθυντή της Γαλλικής Σχολής με την οποία απαντά στον Τύπο, 16 Δεκεμβρίου 1956 / EFA 1 ADM

    «Μερικές φορές κάνουμε ένα περίπατο στη Σχολή, αλλά κυρίως δουλεύουμε. Όταν κάνουμε περίπατο, είναι για να δείξουμε το χώρο στους εκατοντάδες διακεκριμένους επισκέπτες που δέχεται κάθε χρόνο η Σχολή στο τραπέζι της ή για να τους συνοδεύουμε στα σκάμματα των ανασκαφών.»
     
     




     

    Lire en ligne

    La bibliothèque

    Exposition EFA 175

    LA CHRONIQUE DES FOUILLES

    Marathon, Brexiza

    Marathon, Brexiza. I. Dekoulakou (ASA) reports on continued excavations at the Sanctuary of the Egyptian Gods, particularly in Rooms 24 and 25.

    The floor had a fine layer of sand on which fragments of paving slabs were found, pieces of red and off-white plaster, Laconian rooftiles, coarse pottery and kitchenwares, all of which give an indication for the use of these rooms.

    Another upper part of a Corinthian capital...

    ....
    Consulter la Chronique des fouilles

    Bases de données