Actualités
  • MÉCÉNAT
  • Candidatures
  • L'article Les pierres du sanctuaire de Delphes, Marge nord du Golfe de Corinthe, Grèce, vient de paraître. Il a été rédigé par les membres de l'équipe du programme quinquennal de l'EFA, La pierre à Delphes, Marilou de Vals, Renaldo Gastineau, Amélie Perrier, Romain Rubi et Isabelle Moretti, avec en premier auteur M. de Vals, bénéficiaire d'un contrat doctoral à l'École depuis 2019.
     
     

    Résumé

    Le choix des pierres de construction par les anciens Grecs reste à ce jour une question ouverte. Si l’emploi de matériaux locaux semble dominer, les faciès allochtones sont aussi présents. Ce travail propose une vue exhaustive des pierres mises en œuvre dans le sanctuaire de Delphes. Situé dans la zone du Parnasse, au pied d’une faille normale liée à l’ouverture du Golfe de Corinthe, le sanctuaire d’Apollon est majoritairement construit en calcaires, brèches et marbres. Des sédiments peu consolidés, récents, d’origine et de faciès variés appelés pôros dans les sources textuelles antiques, appellation souvent reprise dans la littérature moderne, sont également utilisés. L’identification des différents faciès a été menée sur le site, ainsi que dans les carrières locales, dans le but de retrouver la provenance des différents matériaux. Les calcaires sont clairement locaux et proviennent de la plate-forme carbonatée, d’âge Jurassique Supérieur à Crétacé, de la Téthys, reprise en compression lors de la formation de la chaîne des Hellénides. Ces calcaires du Massif du Parnasse correspondent à la majeure partie du volume de roche mis en œuvre ; un faciès spécifique de calcaire maastrichtien, appelé le calcaire de Saint-Élie, a été utilisé pour les édifices les plus prestigieux tels que le temple d’Apollon. La carrière antique correspondante se trouve à quelques kilomètres à l’ouest du site. Les brèches de pente ont été aussi largement employées : elles affleurent autour et dans le site archéologique et recouvrent les carbonates mésozoïques. Enfin, les roches appelées pôros correspondent à des faciès très variés ; sept types ont pu être reconnus dont du travertin, des grainstones à oolites, des carbonates marins et des grès grossiers. Tous ces faciès récents sont présents sur les côtes sud-est du Golfe de Corinthe, mais à l’exception des grainstones à oolites, les carrières d’origine n’ont pas encore été précisément localisées.



     

    Lire en ligne

    La bibliothèque

    Newsletter de l'EFA

    LA CHRONIQUE DES FOUILLES

    Arta city hall
    Varvara Papadopoulou (Ephorate of Antiquities of Arta) reports on the discovery of archaeological remains from ancient Amvrakia, discovered during restoration works beneath the city hall of Arta. Work on the context is...
    ....
    Consulter la Chronique des fouilles

    Bases de données