Record of the month
  • The School
  • Research
  • Academic events
  • Training
  • Documentary resources
  • Publications
  • Members
  • Le fonds Charles Picard (FCP) conservé à l’École française d’Athènes est constitué d’une partie des archives déposées entre 1927 et 1962 à l’Institut d’art et d’archéologie de la Sorbonne par Charles Picard (1883-1965), alors qu’il y occupe une chaire, puis en est le directeur.

    Aperçu sur les aspects scientifiques d’une mission militaire


    Le fonds Charles Picard (FCP) conservé à l’École française d’Athènes est constitué d’une partie des archives déposées entre 1927 et 1962 à l’Institut d’art et d’archéologie de la Sorbonne par Charles Picard (1883-1965), alors qu’il y occupe une chaire, puis en est le directeur. Parmi les archives transférées à Athènes vers 1995 par Olivier Picard, ancien directeur de l’EFA (1981-1992), se trouvent notamment deux dossiers fournissant une source de renseignements précieux sur les territoires occupés par l’armée française d’Orient (AFO), ainsi que sur une partie de son œuvre qui a fait en ce début d’année l’objet d’une convention entre l’EFA et la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale.

    La présence de ces dossiers dans le fonds Picard s’explique par l’implication dans l’AFO de Ch. Picard [fig. 1EFA cliché n° N580-147 : Ch. Picard (à droite) entouré de Sénégalais à Lamia, 1917.] , ancien membre (promotion 1909), secrétaire général (1913-1918) puis directeur de l’EFA à partir de 1919. Après avoir tout d’abord été mobilisé en France, il a en effet été affecté en 1916 comme lieutenant à l’état-major de l’Armée d’Orient (2e bureau), puis comme capitaine au 175e régiment d’infanterie, avec lequel il a fait campagne à Florina et à Monastir. Un temps préfet de police à Koritsa, il a ensuite succédé à Jérôme Carcopino à la tête du service des renseignements des Armées alliées d’Orient (1918).

    Pendant ces années en service actif sur le front d’Orient, Ch. Picard a réuni un ensemble de notes de lecture, de coupures de presse et de documents figurés relatifs à la Macédoine et à une partie de l’Albanie, et plus particulièrement : Salonique, la Chalcidique, Florina, Edessa, Kastoria, Ochrida, Moscopol, Koritsa. La plupart des documents sont de sa main, mais certains d’entre eux ont été produits par les services de l’Armée d’Orient, comme l’indiquent les cachets qui y sont apposés. L’ensemble fournit du territoire où a œuvré l’AFO entre 1916 et 1919 une description – politique, militaire, économique, ethnologique, urbanistique, mais aussi historique et archéologique – relativement complète. Ch. Picard a réuni des informations concernant des sujets aussi divers que l’agriculture [fig. 2EFA FCP 32, dos. 8 : Croquis de deux charrues macédoniennes, l’une pour terrains pierreux, l’autre pour terrains faciles, transmis par le chef de poste de [Zélova], mai 1918.], la répartition de la population par confession, les costumes [fig. 3EFA FCP 32, dos. 8 : Dessin d’un foulard macédonien brodé de Zélova, 1918.-4EFA FCP 32, dos. 8 : Photographie d’une famille de Valaques d’un village près de Koritsa en costume national, s. d.], la géographie du bassin du lac de Prespa, les incendies et tremblements de terre qui ont affecté Koritsa et la région des lacs au XIXe s, ou encore les réseaux routiers et d’eau potable (aqueducs de Salonique, par exemple). Il a également rassemblé des fac-similés d’inscriptions de la Macédoine occidentale, et dressé une liste des villages présentant un intérêt archéologique (monastères, églises, tekkés, châteaux-forts, etc.), des principales découvertes qui y ont été faites, parfois même des légendes associées à ces lieux [fig. 5EFA FCP 32, dos. 7 : Extrait des notes de Ch. Picard listant les principaux villages sur la route entre Monastir et Banitsa, s. d.]. Pour la région de Koritsa toujours, nous sont ainsi parvenus deux croquis, de 1918, de la chapelle d’Agios Germanos, construite en 1003 [fig. 6EFA FCP 32, dos. 8 : Croquis du plan du chœur de la nouvelle église d’Agios Germanos, et perspective de l’ancienne chapelle, transmis par le poste de Zélova, mai 1918.].

    Si Ch. Picard a d’abord constitué ces dossiers dans une optique politico-militaire, suivant en cela les consignes données, aux membres de l’EFA engagés dans l’AFO, par le général Franchet d’Espérey, commandant en chef des armées alliées à Salonique, il les a également alimentés, jusqu’en 1935, dans une perspective scientifique. Il a ainsi répertorié les principaux sites explorés par le service archéologique de l’armée d’Orient, successivement dirigé par Gustave Bayet (1915-1916), Gustave Mendel (1916-1918) et Léon Rey (1918-1919) :
    On trouve également dans ses dossiers une liste complète des onze caisses de trouvailles issues des fouilles de l’AFO destinées au musée du Louvre [fig. 9EFA FCP 32, dos. 8 : Liste établie par Ch. Picard des caisses de trouvailles issues des fouilles de l’AOF envoyées au Louvre (2 pages), octobre 1917.], qui complète l’inventaire, aussi conservé dans les archives de l’EFA, dressé sous la responsabilité de L. Rey. Cette liste mentionne entre autres une borne miliaire, un chapiteau et des tambours de colonnes, des fragments d’un lit funéraire, des vases à figures noires, un cratère à figures rouges, deux casques, deux skyphoi, des coupes byzantines et des bijoux. Ses notes et les documents compilés de façon géographico-thématique sont venus nourrir des articles qu’il a publiés sur les recherches archéologiques de l’armée française d’Orient en Macédoine dans l’ Annual of the British School at Athens , ou encore sur les découvertes faites lors de la restauration de l'église Saint-Démétrius à Salonique dans la Revue de l’art ancien et moderne , dont un brouillon se trouve dans les dossiers de Ch. Picard.  
     
     
    SOURCES COMPLÉMENTAIRES CONSERVÉES À l’EFA :

    Outre le fonds Charles Picard (cotes FCP 32, dos. 7 et 8), les séries géographiques « Macédoine », « Chalcidique » et « Thrace » contiennent des dossiers relatifs à l’armée française d’Orient. Les papiers Henri Ducoux relatifs aux rénovations des cimetières militaires français Zeitenlik et Korça peuvent également constituer une source intéressante pour qui s’intéresse aux nécropoles de la Première guerre mondiale sur le front d’Orient.

    ARCHIMAGE : The latest pictures

    IMAGE
    Thasos - Acropole ; Athénaion (sanctuaire d'Athéna), GTh 65 - L10034-021

    rempart sanctuaire, mur, trace, rocher, parement externe Matériau : marbre,
    Archimage is intended to gradually put online the graphic and photographic documents, kept in the Archives service of FSA.

    Archaeology in Greece ONLINE

    KOUKAKI-6131
    Athens, Koukaki, M. Mpotsari 3 (property of A. Ioannidi). Giannis Maurokefalidis (?' ????) reports on the discovery of a 5th c. B.C. cemetery (Figs. 1, 2). 17 burials were excavated: 14 pit graves and three pyres. The pyres and 6 of the pit graves were rock cut. The burial offerings include lekythoi, some of which black-figure, seashells, 5 terracotta figurines (4 of birds and 1 of a man), a metal ring and pottery sherds.
    ....
    A collaborative project with the BSA.