Réseau des EFE



Présentation du réseau des Écoles françaises à l'étranger

Les Écoles françaises à l'étranger constituent un réseau de cinq établissements d’enseignement supérieur et de recherche régis par le décret 2011 – 164 du 10 février 2011. Établies à l’étranger, en Grèce (École française d’Athènes, 1846), en Italie (École française de Rome, 1875), en Égypte (Institut français d’archéologie orientale, Le Caire, 1880), en Asie du Sud-Est (École française d’Extrême-Orient, Paris, 1898) et en Espagne (Casa de Velázquez, Madrid, 1920), elles remplissent une triple mission de formation, de recherche et de diffusion en sciences humaines et sociales. Elles accueillent des jeunes chercheurs au niveau doctorat ou post-doctorat, s’appuient sur une communauté de chercheurs confirmés, français ou étrangers, et publient une centaine de volumes par an. Elles développent dans les pays d’accueil des réseaux de collaboration et de coopération qui font d’elles des acteurs irremplaçables de la recherche française à l’étranger. Depuis 2015 elles sont dotées d’un comité des directeurs qui pilotent les opérations communes du réseau.

Aller sur le site commun du réseau des EFE

Lire le
décret 2011 – 164

Voir la vidéo du CNRS sur les 5 Écoles

 



Missions

Les Écoles françaises à l’étranger accomplissent des missions de formation, de recherche, de diffusion et de valorisation.

Les Écoles assurent une mission de formation à la recherche. A cette fin, elles accueillent des doctorants et des post-doctorants pour des durées et sous des statuts variables : membres d’un an renouvelable deux ou trois fois, boursiers d’un mois ou plus, stagiaires sur les fouilles archéologiques, étudiants en séminaire de formation doctorale thématique ou en contrat doctoral avec une université. Elles accueillent aussi en stage professionnel de jeunes conservateurs, archivistes, bibliothécaires, architectes ou topographes, professionnels de l’édition. A tous elles offrent l’opportunité de travailler dans un cadre professionnel international.

Dans les pays où elles sont implantées, les Écoles développent, selon une programmation quinquennale,  des missions de recherche dans de nombreux domaines des sciences humaines et sociales : archéologie, histoire de l’art, histoire, sciences religieuses, philologie, anthropologie, ethnologie ou sciences sociales. A ces missions participent les membres, les anciens membres ou des chercheurs associés. Elles disposent de supports d’accueil : membres d’un an renouvelable (EFA. EFR, IFAO, Casa) ou permanent (EFEO), chercheurs résidents d’un mois ou plus, chercheurs sur mobilité internationale CNRS ou européenne  (Programme Marie Sklodowska-Curie). Elles ont la capacité d’héberger les chercheurs à leur siège ou dans des structures installés sur les sites où elles mènent des fouilles archéologiques. Les missions qu’elles accueillent bénéficient d’un environnement administratif, scientifique et technique immédiatement opérationnel.
Les Écoles assurent la diffusion et la valorisation des données qu’elles produisent. Elles publient une centaine de monographies par an, une dizaine de revues spécialisées et de nombreux actes de colloques. Elles organisent dans les pays hôtes et en France des manifestations scientifiques (conférences, expositions etc.) à destination des spécialistes ou du grand public.
 

Gouvernance

Relevant du ministère de l'Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, les Écoles françaises à l’étranger sont régies par un décret commun (2011-164 du 10 février 2011). Elles sont placées sous la tutelle scientifique de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres ainsi que sous celles de l’Académie des Beaux-Arts pour la section artistique de la Casa et de l’Académie des Sciences Morales et Politiques pour l’École de Rome. Elles sont dotées chacune d’un conseil d’administration et d’un conseil scientifique, ainsi que d’un conseil artistique pour la Casa. Par convention, elles ont créé en janvier 2015 un comité des directeurs avec présidence tournante, instance de réflexion et de proposition du réseau. Depuis 2013 elles sont représentées à la Conférence des Présidents d’Universités.




 

ARCHIMAGE : les dernières images

IMAGE
Thasos - N12-040

sima terre cuite lanciers montés vers la droite relief,
Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

TANAGRA-5962
Dans la région de Tanagra antique, A. Charami (IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille et des travaux de restauration sur une tombe de type macédonienne, connue depuis 1895 et qui se trouve à l’intérieur de la zone de l’aéroport militaire. Les travaux ont révélé une tombe de type macédonien, à dromos en escalier à dix marches (long. 5 m ; larg. 0,70-1,10 m) et à chambre funéraire unique voûtée (fig. 1-2). Le monument est orienté Nord-Est/Sud-Ouest, avec l’entrée au Nord-Est. Il est construit en appareil régulier de blocs de poros ; le sol est en terre compacte et la chambre (11,45 m2) était fermée par une porte en marbre à double battants dont trois fragments avaient été transportés au Musée de Schimatari dès le XIXe s. À l’intérieur de la chamb
....
Consulter la Chronique des fouilles