Catalogue des publications
  • MÉCÉNAT
  • Candidatures

  • Le rempart de Thasos

    Yves Grandjean, Manuela Wurch-Kozelj, Tony Kozelj
     
    120 €

    Collection et numéro : Études Thasiennes XXII
    Année : 2011
    Éditeur(s) : École française d’Athènes
    ISBN : 978-2-86958-228-6
    Largeur : 29.5 cm
    Hauteur : 21 cm
    Poids : 2552 g
    Nombre de pages : 651
    Distributeurs : Peeters Publishers
    Statut : en stock
    Langue : Français
    Support : livre broché
    Lien onix
    Afficher la fiche de la bibliothèque
    Consulter la fiche sur le SUDOC
    voir le sommaire
    Cet ouvrage sur le rempart de Thasos présente le résultat de travaux commencés par l’École française d’Athènes en 1911 et poursuivis ensuite, à intervalles irréguliers, sous la forme de sondages ponctuels ou de fouilles programmées. La réunion de toutes les données, publiées ou non, accumulées au cours de ces diverses interventions et la description des vestiges encore visibles permettent d’établir un état des lieux et de faire plus amplement apprécier un monument trop longtemps resté dans l’ombre, mais qui soutient la comparaison avec les fortifications urbaines les plus connues du monde grec. Mieux que les quelques textes littéraires ou épigraphiques relatifs à une enceinte édifiée au tout début du ve s. av. J.-C. et encore entretenue dans la seconde moitié du iie s. apr. J.-C , ce sont surtout les informations obtenues sur le terrain qui font apparaître l’enchaînement de différents remaniements portant sur les portes et sur les courtines ou la succession d’opérations nouvelles destinées à renforcer progressivement la puissance de la muraille, au rythme des développements de la poliorcétique. Mais, au-delà de sa fonction défensive, le rempart thasien, par l’ampleur de son parcours, la variété et la qualité de ses appareils, le nombre et l’aspect de ses tours, l’ornementation de certaines de ses portes, avait une valeur symbolique, illustrant de manière ostentatoire la puissance et la richesse de la cité.


    This work on the city wall of Thasos presents the results of the studies which the École Française d’Athènes began in 1911 and has pursued ever since at irregular intervals in the form of punctual test trenches or programmed excavations. The gathering of all evidence, published or not, accumulated during these diverse interventions and the description of the still visible remains allow the author to establish the present state of the wall and help the reader to better appreciate a monument that has for too long remained in the shadows, even though it bears comparison with the best known urban fortifications of the Greek world. More than a handful of literary or epigraphic texts concerning a city wall raised at the very beginning of the 5th c. B.C. and still maintained in the second half of the 2nd c. A.D., it is above all the information obtained on the ground that reveals the succession of different modifications brought to the gates and the curtains, as well as the series of improvements intended to reinforce progressively the wall following developments in the art of siege warfare. But beyond its defensive function, the Thasian city wall, owing to the length of its circuit, the variety and the quality of its masonry, the number and the aspect of its towers and the ornamentation of some of its gates, had a symbolic value, ostentatiously illustrating the power and the wealth of the city.


    Avant-propos
    Introduction
    Première partie. Les vestiges : description, analyse, interprétation
    Chapitre I : Le rempart du bord de mer au Nord-Est du port fermé
    Chapitre II : Le secteur d'Evraiocastro
    Chapitre III : Du secteur d'Evraiocastro au Pythion
    Chapitre IV : Du Pythion à la tour VI
    I - Du Pythion à l'Athénaion
    II - De l'Athénaion à la tour VI
    Chapitre V : De la tour VI à la tour X
    I - De la tour VI à la porte de Parménon
    II - De la porte de Parménon à la tour X
    Chapitre VI : De la tour X à la porte du Silène
    I - Entre la porte du Silène et la porte d'Héraclès
    II - La porte d'Héraclès et de Dionysos
    Chapitre VIII : De la porte d'Héraclès et de Dionysos à la porte de Zeus et d'Héra
    Chapitre IX : La porte de Zeus et d'Héra et la tour XVI
    Chapitre X : De la porte de Zeus et d'Héra à la porte maritime
    I - De la porte de Zeus à la porte du poisson
    II - De la porte au poisson à la porte maritime
    Chapitre XI : De la porte maritime à la porte au char
    Chapitre XII : Les défenses du port fermé
    Deuxième partie. Chronologie, architecture et défense
    Chapitre I : Chronologie
    I - Le site urbain avant la construction du rempart
    II - Le rempart : indications chronologiques
    Chapitre II : Les courtines
    I - Largeur
    II - Les fondations
    III - Les appareils
    IV - Les escaliers associés aux courtines
    V - Hauteur des courtines au niveau du chemin de ronde
    VI - Chemin de ronde et parapet. Hauteur totale des courtines
    VII - La rue longeant le rempart
    VIII - Evacuation des eaux
    Chapitre III : Les tours
    I - Les tours du début du Ve S. av. J.-C
    II - La tour VI
    III - Le dispositif défensif de la porte maritime
    IV - Les tours du port fermé
    V - La tour de la porte de Zeus (tour XVI)
    VI - Les tours du troisième quart du IIIe S. av. J.-C
    VII - Conclusions
    Chapitre IV : Portes et poternes
    I - Les portes urabaines
    II - Les poternes
    Conclusion
    Annexe I : Eléments de métrologie
    Annexe II : Les inscriptions du rempart
    Annexe III : Les marques de carrier
    Annexe IV : Les carrières et le rempart, par Tony Kozelj et Manuela Wurch-Kozelj
    Abréviations bibliographiques
    Note de lecture
    Index des sources
    Index topographique
    Index thématique
    Crédits de l'illustration
    Table des matières




     

    Newsletter de l'EFA

    LA CHRONIQUE DES FOUILLES

    Kynosarges, 11 Kallirrois Street
    Kynosarges, 11 Kallirrois Street. Dimitra-Kallirroi Stavroulaki (Γ’ ΕΠΚΑ) reports on the excavation of a large Roman building, with dimensions 80 x 60m and oriented EW. The building contained an inner courtyard (surrounded by peristyle to the N, S and E, and large rectangular room to W), and dates to the first century AD or beginning of the second century AD. The building was abandoned after...
    ....
    Consulter la Chronique des fouilles