Catalogue des publications
  • MÉCÉNAT
  • Candidatures

  • Les artisans dans les sanctuaires grecs aux époques classique et hellénistique à travers la documentation financière

    Christophe Feyel
     
    100 €

    Collection et numéro : Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 318
    Année : 2006
    Éditeur(s) : École française d’Athènes
    ISBN : 978-2-86958-169-2
    Largeur : 21 cm
    Hauteur : 29 cm
    Poids : 1633 g
    Nombre de pages : 572
    Distributeurs : Peeters Publishers
    Statut : en stock
    Langue : Français
    Support : livre broché
    Lien onix
    Afficher la fiche de la bibliothèque
    Consulter la fiche sur le SUDOC
    Les artisans grecs constituent un groupe social dont l'image demeure confuse. Les comptes de construction, gravés sur la pierre, contribuent à la préciser. Car ils mentionnent des artisans payés pour divers travaux et décrivent concrètement une main-d'oeuvre au travail. Pour en tirer parti, il fallait, après avoir assuré ces sources, en extraire les données utilisables. C'est l'objet de la première partie de l'ouvrage. À partir de cette base documentaire, l'auteur entend caractériser les artisans actifs dans les sanctuaires grecs. D'entrée de jeu, cette population paraît difficile à définir. De cette difficulté naît un soupçon : ces artisans ont-ils formé un groupe homogène, ou bien est-ce nous, modernes, qui rassemblons sous un terme générique des individus au fond étrangers les uns aux autres ? Pour trancher cette question, l'auteur cherche des dénominateurs communs à cette main-d'oeuvre, dresse le portrait d'une population à la fois instable et très diverse, puis étudie la stratégie adoptée par les commanditaires.
     


    Introduction : aborder l'étude des artisans grecs
    Répondre à une demande sociale
    Définir l'objet historique : un détour par le droit français contemporain...
    Les artisans grecs : des approches diverses pour comprendre un groupe social difficile à déterminer
    Pour une micro-histoire sociale à partir des comptes épigraphiques découverts dans les grands sanctuaires grecs
    Pourquoi se limiter aux comptes de l'Erechteion, d'Eleusis, de Delphes, d'Epidaure et de Délos ?
    Les comptes de l'Erechteion : des textes énigmatiques
    Les comptes d'Eleusis : des textes difficiles à établir
    Les comptes de Delphes et d'Epidaure : des inscriptions fondamentales pour la connaissance de l'artisanat antique, mais très difficiles à manier
    Les comptes de hiéropes déliens : des textes trop peu utilisés pour une histoire de l'artisanat
    Les artisans dans les sanctuaires grecs à travers les comptes épigraphiques : un sujet peu abordé
    Comment caractériser la main d'oeuvre au travail dans les sanctuaires grecs ?
    Première partie : l'inventaire des données épigraphiques
    Catalogue des artisans mentionnés dans les comptes
    1. Dans les comptes de l'Erechteion
    2. Dans les comptes d'Eleusis
    3. Dans les comptes de Delphes
    4. Dans les comptes d'Epidaure
    5. Dans les comptes des hiéropes déliens, aux chapitres des dépenses
    Deuxième partie : l'hétérogénéité de la main-d'oeuvre
    Chapitre I : Une main-d'oeuvre aux statuts juridiques très divers
    Artisans citoyens et non-citoyens sur le chantier de l'Erechteion
    Travail libre et travail servile à l'Erechtheion
    Un siècle plus tard, à Eleusis...
    Artisans citoyens et non-citoyens à Epidaure, Delphes et Délos
    Les artisans dans les sanctuaires grecs : une main-d'oeuvre trop mobile
    Comment lutter contre une excessive mobilité ?
    Instabilité de la main-d'oeuvre et diversification du recrutement
    Conclusion : instabilité de la main-d'oeuvre et diversité des statuts juridiques
    Chapitre II : Une main-d'oeuvre d'origine géographique très variée
    Le cas attique : un recrutement presque exclusivement local
    Les artisans mentionnés dans les comptes de Delphes, d'Epidaure et de Délos : des origines géographiques parfois très diverses
    Le régionalisme en question
    A l'origine des régions économiques, un facteur positif : l'existence de bassins de main-d'oeuvre qualifiée et spécialisée
    Peut-on parler de "régionalisme" pour l'économie grecque antique ?
    Conclusion : La région, une réalité économique à restituer et non une structure
    Chapitre III : Les activités des artisans
    Les noms d'activités mentionnés dans les comptes : une documentation difficile à exploiter
    Le métier : une notion qui apparaît très floue dans les comptes épigraphiques
    Deux spécialisations relativement souples : la sculpture te la gravure
    Une spécialisation plus affirmée la métallurgie
    Le problème des codages socioprofessionnels
    Comment classer les artisans en fonction de leur activité ? Les principes de notre codification
    Les activités des artisans à l'Erechtheion, à Eleusis, à Epidaure, Delphes et Délos
    Conclusion : les artisans travaillant dans les sanctuaires grecs avaient-ils un métier ?
    Chapitre IV : Les gains des artisans
    Μισθός : y a-t-il eu un salariat chez les Grecs ?
    La grande diversité des rémunérations
    Rémunérations des artisans et salaires versés aux personnels des sanctuaires
    Un essai pour connaître l'échelle des gains
    Les activités bien et mal payées
    Temps de travail et valeur d'usage chez les artisans grecs
    L'évolution d'un pouvoir d'achat
    Les gains des artisans : intérêts et problèmes
    Chapitre V : Les artisans grecs ont-ils formé des groupes homogènes au sein des cités grecques ?
    Résumons-nous...
    Les artisans grecs ont-ils vraiment formé des groupes sociaux cohérents dans les cités ?
    Les artisans dans les sanctuaires grecs : une typologie opératoire ?
    Troisième partie : les artisans et leurs commanditaires
    Chapitre VI : Les artisans actifs dans les sanctuaires grecs, une main-d'oeuvre hiérarchisée
    A-t-il existé une hiérarchie des travaux ?
    A-t-il existé une hiérarchie des travailleurs ?
    A la recherche de réseaux sociaux
    Une forme particulière de solidarité : les artisans garants de leurs confrères
    Conclusion : hiérarchie des travaux, hiérarchie des travailleurs
    Chapitre VII : La stratégie des commanditaires
    Une conjoncture difficile, des commissions de construction parfois éphémères
    Des commanditaires dépourvus de fonds propres
    Les hiéropes déliens : des administrateurs de sanctuaires privilégiés ?
    Le contrat, un outil juridique privilégié dans la gestion de la main-d'oeuvre
    Le contrat, un procédé juridique pour établir un suivi complet des travaux
    Le contrat : des modalités de paiement très souples
    Conclusion : le choix des sanctuaires grecs, ne retenir qu'une partie de la main-d'oeuvre
    Chapitre VIII : En quête de parallèles historiques
    Les artisans dans la France de l'Ancien Régime : quelques similitudes
    Une piste de recherche infructueuse : les artisans de l'Empire Romain et ceux du Proche-Orient ancien
    Un parallèle historique presque parfait : les artisans médiévaux actifs sur les chantiers des édifices religieux
    Les différences entre chantiers antiques et médiévaux
    Les caractères originaux des artisans mentionnés dans les comptes épigraphiques des sanctuaires grecs
    Conclusion générale
    Abréviations bibliographiques
    Bibliographie
    I. Travaux utiles à l'établissement et à la compréhension des sources
    II. Travaux concernant les artisans dans les sanctuaires grecs aux époques classiques en hellénistique
    III. Travaux utiles à des titres divers
    Table des figures
    Cartes, graphiques et tableaux
    Indices
    Index des realia
    Index thématique
    Index des mots, expressions et noms grecs commentés




     

    Newsletter de l'EFA

    LA CHRONIQUE DES FOUILLES

    Megara. Silymvrias Street, O.T. 70δ
    Megara. Silymvrias Street, O.T. 70δ. Panagiota Avgerinou (Γ’ ΕΠΚΑ) reports on discoveries made at this site.
    A wall was excavated, to the N and E of which fill contained broken ceramic vessels, most of which were unpainted and dated to the fifth and sixth centuries AD. It is thought that this was a waste deposit from a nearby...
    ....
    Consulter la Chronique des fouilles