Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 376
La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique

par Guillaume Biard
 
Format : 21 x 29,7 cm, 632 pages, 52 planches
Prix 89 €
Parution : juin 2017
© École française d'Athènes
ISBN 978-2-86958-277-4

 

Qu’est-ce que la représentation honorifique ? À partir de cette simple question, cet ouvrage analyse la pratique qui consiste à offrir aux bienfaiteurs un monument à leur image. Tout à la fois historique, matérielle et iconographique, l’étude met en lumière les facettes variées de ce genre panhellénique, qui est autant un signe de vitalité des institutions démocratiques qu’un instrument de prestige social. Héritée des pratiques de l’aristocratie archaïque, la représentation honorifique brosse en effet le portrait de la cité idéale et de sa hiérarchie sociale, du stratège vainqueur à la bonne épouse. Mais elle façonne également l’espace public, peuplé, parfois jusqu’à la saturation, de monuments variés, du plus modeste tableau à l’éclatante statue de bronze doré, placée sur une immense colonne. En rendant leur apparence à des oeuvres trop souvent réduites aux clauses des décrets qui promulguent leur installation, cet ouvrage offre une interprétation nouvelle de leur rôle politique, social et culturel.

What is honorific representation? Starting from this simple question, this study analyses the practice of granting benefactors a monument in their own image. At once historical, material and iconographical, this book brings to light the diverse facets of this Panhellenic genre, one as much a sign of the vitality of democratic institutions as an instrument of social prestige. Inherited from the practices of the aristocracy in the Archaic period, honorific representation painted a picture of the ideal city-state and its social hierarchy,
from the victorious general to the good wife. But honorific representation also shaped the public space, itself peopled — sometimes to saturation point — with a diverse range of monuments, from the most modest painting to the dazzling gilt bronze statue perched atop the highest column. By focussing on the outward appearance of works that have all too often been reduced to clauses in honorific decrees, this study offers a new interpretation of the political, social and cultural role of these monuments.
       
TABLE DES MATIÈRES

Remerciements

Avertissement
Introduction

 
PREMIÈRE PARTIE - ÉTUDE HISTORIQUE

Chapitre I. Définition de la représentation honorifique publique
 
La demande
 
Le contrôle des honneurs votés
 
La mise en œuvre des honneurs

 
L’inscription des honneurs
La transcription du décret
L’inscription sur la base
 
La proclamation
 
Le financement des œuvres
 
Les bénéficiaires de la représentation honorifique publique

La représentation honorifique publique dans les relations extérieures
   Les bienfaiteurs étrangers
   Les juges étrangers
   Les rois, les reines, les dynastes et les gouverneurs royaux
La représentation honorifique publique au sein de la cité
   Les magistrats militaires
   Les gymnasiarques
   Les ambassadeurs et les diplomates
   Les prêtres et les prêtresses
   Les artistes et les athlètes
   Un cas exceptionnel : la grande bienfaitrice Archippè de Kymè
 
Chapitre II. Genèse de la représentation honorifique
 
Les représentations individuelles votives à l’époque archaïque
 
Les offrandes de victoire au Ve s.
Athènes au Ve s. : une sobriété en trompe-l'œil
   La première moitié du Ve s.
   La seconde moitié du Ve s. : du scandale à la normalisation
Le Ve s. hors d’Athènes : de l’usage politique des statues
   Delphes et Olympie avant 450
   L’exemple de Lysandre
La création du genre honorifique public à Athènes
   La gloire des généraux vainqueurs
   L’apparition du formulaire honorifique sur les bases de statues
 
Chapitre III. Les ambiguïtés d’un genre
 
Les honneurs communautaires : les associations, les collèges de magistrats et les subdivisions de la cité
 
Une autre forme de représentation officielle : les monuments dédiés par les souverains et leur entourage
La promotion dynastique
Les alliés et les amis des rois
 
De l’honorifique au cultuel
Des μέγισται τιμαί aux honneurs cultuels
Les caractéristiques des représentations cultuelles
Εἰκών et ἄγαλμα : pertinence et limites d’une approche lexicale
 
Les représentations honorifiques privées
La chronologie et le statut juridique des représentations honorifiques privées
   Un développement parallèle à celui des représentations honorifiques publiques
   Les représentations privées : des offrandes ?
L’exaltation de la famille
L’expression de la gratitude
Les statues honorifiques publiques et privées : complémentarités et interactions
   Le regroupement familial
   Quand les statues privées deviennent publiques
   Le rappel des honneurs publics sur les monuments privés
   Les statues honorifiques publiques financées par des fonds privés

L’honneur aux morts : les aspects honorifiques de la représentation des défunts
Les relations entre monuments honorifiques et funéraires
   La représentation honorifique à caractère funéraire
Les monuments funéraires de substitution
Les statues honorifiques testamentaires
Les statues honorifiques de consolation   
   L’influence de la représentation honorifique sur la représentation funéraire
Le culte héroïque et les représentations honorifiques
Les monuments commémoratifs
   Les statues commémoratives des morts à la guerre
   Les statues commémoratives des grands hommes
 
Conclusion
 
DEUXIÈME PARTIE – ÉTUDE MATÉRIELLE
 
Chapitre IV. Les différents types de représentations honorifiques
 
Les représentations peintes et en relief
Les représentations peintes
Les reliefs honorifiques
 
Les statues honorifiques : le matériau
Les statues en marbre
Les statues en bronze
 
Chapitre V. L’emplacement des statues
 
Le choix du site d’après les décrets
L’autorisation
La détermination de l’emplacement
 
Les monuments honorifiques dans l’espace public
Les statues à l’air libre
   Les alignements
   La délimitation de place
   En façade de monuments
   Dans les théâtres
   Devant les propylées et les portes
   La concurrence spatiale
Les représentations honorifiques abritées
   Dans les temples
Le IVe s. et la haute époque hellénistique
L’époque hellénistique avancée (IIe-Ier s.)   
   Dans les chapelles et les hèrôa
   Dans les bouleutèria
   Sous les portiques
   Dans les gymnases
   Dans les niches et les exèdres couvertes
   Dans les maisons
 
Chapitre VI. Les types de bases honorifiques
 
La terminologie
 
Les supports de faible hauteur
Les bases monolithes non moulurées
   L’époque classique et la haute époque hellénistique
   L’époque hellénistique avancée (IIe-Ier s.)
Les bases monolithes moulurées ou décorées
   L’époque classique et la haute époque hellénistique
   L’époque hellénistique avancée (IIe-Ier s.)
Les bases cylindriques
   L’époque classique et la haute époque hellénistique
   L’époque hellénistique avancée (IIe-Ier s.)
 
Les socles composés
Les bases quadrangulaires composées
    L’époque classique et la haute époque hellénistique
    L’époque hellénistique avancée (IIe-Ier s.)
Les bases à orthostates
   L’époque classique et la haute époque hellénistique
   L’époque hellénistique avancée (IIe-Ier s.)
Une base monumentale cylindrique
 
Les supports élancés
Les colonnettes et les petits piliers honorifiques
Les στυλίδες
   Les témoignages littéraires et épigraphiques
   L’époque classique et la haute époque hellénistique
   L’époque hellénistique avancée (IIe-Ier s.)
Les piliers
 
Une base de type exceptionnel
 
Les bases de groupes statuaires honorifiques
Les groupes paratactiques
Les bases à orthostates supportant des groupes sculptés
   L’époque classique et la haute époque hellénistique
   L’époque hellénistique avancée (IIe-Ier s.)
Les exèdres
Les monuments distyles

Chapitre VII. De la fixation des statues sur leurs bases à leur destruction
 
Les modes de fixation
Les statues en bronze
Les statues en marbre
 
L’apport des mortaises de fixation à la connaissance des œuvres
Les statues en pied
Les statues équestres
Les chars
 
L’entretien des statues honorifiques
 
Le remploi des monuments honorifiques
Le remploi patrimonial
Le remploi politique
Le remploi économique

La mutilation, la destruction et l’évacuation des statues honorifiques
La destruction politique
L’évacuation des statues honorifiques
 
Conclusion
 
TROISIÈME PARTIE – ÉTUDE ICONOGRAPHIQUE
 
Chapitre VIII. Les dieux, les héros et les souverains : aux marges de l’honorifique
 
Les Tyrannoctones : un archétype ambigu
 
Les représentations honorifiques de souverains
Les souverains nus
Les souverains drapés d’un manteau sur les hanches
Les reines
 
Chapitre IX. Les représentations de militaires
 
Les piliers hermaïques honorifiques
 
Les représentations de stratèges aux Ve et IVe s.
 
Les militaires sans cuirasse

L’époque classique et la haute époque hellénistique
L’époque hellénistique avancée (IIe-Ier s.)
 
Les statues cuirassées
L’époque classique et la haute époque hellénistique
L’époque hellénistique avancée (IIe-Ier s.)
   Les cuirasses à corselet lisse
   Les cuirasses anatomiques
 
Les statues équestres
Les origines
L’époque d’Alexandre et des diadoques
L’époque hellénistique avancée (IIe-Ier s.)
 
Les militaires nus
 
Chapitre X. Les statues honorifiques civiles
 
Les athlètes
 
Les magistrats, les orateurs et les bienfaiteurs
Les magistrats et les bienfaiteurs à l’époque classique
Le type du « philosophe » de Delphes
Le type de Cos
Le type d’Eschine et de Sophocle
   Les origines classiques
   La diffusion à l’époque hellénistique
   Les statues grecques de Romains en toge
Un autre type d’Asie Mineure

Les prêtres
 
Chapitre XI. Les statues honorifiques féminines
 
Les prêtresses
 
Les mères, les épouses et les filles
Le type Samos-Cos
Le type de la Pudicitia
Les Herculanaises
   Le type de la Petite Herculanaise
   La Grande Herculanaise, un modèle ?
 
Chapitre XII. Les statues honorifiques d’enfants et d’adolescents
 
Chapitre XIII. La représentation honorifique, un art du portrait ?

 
L’art et le réel au IVe s. : la μίμησις
 
Le naturalisme à la haute époque hellénistique
 
La représentation honorifique, un miroir des vertus
 
Les portraits expressifs de la basse époque hellénistique

 
Conclusion

Conclusion générale
Un genre protéiforme
Les variations locales et régionales d’un genre panhellénique
La représentation honorifique en crise ?
Les prolongements : la représentation honorifique à l’époque impériale
 
Annexes
A. L’emplacement des représentations honorifiques d’après les décrets
B. Les représentations honorifiques peintes d’après les inscriptions
C. Les statues honorifiques en bronze d’après les inscriptions
D. Les statues honorifiques en marbre d’après les inscriptions
E. Les représentations honorifiques privées d’après les bases de statues
 
Bibliographie alphabétique
 
Indices
 
Index des sources
Sources littéraires
Sources épigraphiques
 
Index des œuvres
 
Index des noms propres
Personnages mythologiques
Personnages réels
Noms de lieux
 
Index des termes grecs
 
Index général
 
Table des figures
Table des planches
Table des matières
Planches



 
 
CONTACTS
École française d’Athènes - 6, rue Didotou - 106 80 Athènes - + 30 210 36 79 922 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Ouvert tous les jours de 8h à 15h - Aνοιχτό καθημερινά από τις 8.00 έως τις 15.00
 
Dépositaire :
De Boccard Édition-Diffusion - 11, rue de Médicis - F-75006 -Paris - www.deboccard.
 
 
 
 

ARCHIMAGE : les dernières images

IMAGE
Thasos - Acropole ; Athénaion (sanctuaire d'Athéna), GTh 65 - R1455-006

Sujet : vase attique Matériau : argile Technique : tourné cat.style : figure noir état de conservation : fragment
Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

KARLA. - Collecteur 6, Stani-Thermokipia-5956
Dans la région du Lac de Karla, V. Adrymi-Sismani (Institut archéologique d’études thessaliennes) a poursuivi les travaux au lieu-dit Stani-Thermokipia, en vue de l’aménagement du collecteur 6. La fouille de la maison A s’est poursuivie (fig. 1) et l’étude du mobilier qui en provenait a permis de proposer une datation probable pour l’occupation de la maison du Néolithique Moyen (5800-5300 av. J.-C.). La fouille de 2005 avait identifié la présence d’un péribole à l’Est et à l’Ouest de la maison. En 2006, la fouille de cette structure s’est poursuivie et on a pu déterminer qu’il s’agissait effectivement d’un péribole qui présentait une entrée d’une largeur de 1 m et qui encerclait une surface de 11 x 15 m environ au Sud de la maison. Le péribole n’est pas fait d’un seul mur, mais constitué
....
Consulter la Chronique des fouilles