Fouilles de Delphes V. 4

La céramique protobyzantine de Delphes
Une production et son contexte

par Platon Pétridis

On a longtemps considéré que l’interdiction de la consultation oraculaire marquait la fin de la cité de Delphes, sans se soucier outre mesure de la période qui suivit jusqu’à l’abandon définitif du site vers la troisième décennie du viie siècle. Toutefois, les vestiges architecturaux datant de cette époque, ainsi que le mobilier archéologique mis au jour, contredisent cette opinion largement répandue et prouvent l’existence d’une ville qui, sans être de l’importance d’une métropole, s’est étendue autour, mais aussi à l’intérieur de l’ancien sanctuaire. Cette ville a importé et surtout produit une céramique de bonne qualité. Les installations découvertes pendant des fouilles systématiques de l’École française d’Athènes, pour partie en collaboration avec la Xe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques, montrent une industrie de taille moyenne, produisant une gamme très étendue de céramiques d’usage domestique ou artisanal. Malgré les difficultés politiques et économiques attestées ou simplement supposées pour la période qui va de la seconde moitié du vie au début du viie s. en Grèce, cet artisanat resta ouvert sur les tendances de l’époque et maintint un rapport continuel avec les autres industries locales de la Grèce Centrale et du péloponnèse.

It has long been considered that the closing of the oracle marks the end of the town of Delphi, without due regard for the subsequent period which extends to the definitive abandon of the site towards the third decade of the seventh century. Nonetheless, architectural remains from this period, as well as the artefacts that have come to light, contradict this widespread opinion and prove the existence of a town, which, while not as important as a metropolis, spread out around, but also into the ancient sanctuary area. This town imported and, in particular, produced good quality pottery. The installations uncovered during the systematic excavations by the École française d'Athènes, in part a collaboration with the Xth Ephorate of Prehistorical and Classical Archaeology, document a medium-sized industry, producing a very extensive range of pottery for domestic or artisanal use. In spite of the political and economic difficulties, either attested or simply supposed for the period from the second half of the sixth to the beginning of the seventh century in Greece, this craft remained open to the tendencies of the time and maintained a continuous contact with the other local industries of Central Greece and the Peloponnese.

Fouilles de Delphes V.4
2010
Format : 25 x 32,5 cm. 238 p., 233 fig. n/b, 20 fig. couleur
© École française d’Athènes
ISBN 978-2-86958-203-3        40 €

CONTACTS
 
École française d’Athènes
6, rue Didotou
106 80 Athènes
+ 30 210 36 79 922
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Ouvert tous les jours de 8h à 15h
Aνοιχτό καθημερινά από τις 8.00 έως τις 15.00

De Boccard Édition-Diffusion
11, rue de Médicis
F-75006 Paris
www.deboccard.com

ARCHIMAGE : les dernières images

IMAGE
Delphes - Kastri - A18

SUJET : MAISON
Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

THÈBES. - Pyri, Tumulus de la colline d'Ampheion-5961
À l’Ouest de Thèbes, dans la région de Pyri, V. Aravantinos , K. Psaraki et I. Fappas (IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques et XIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont effectué en 2007 des sondages complémentaires sur un site déjà exploré au début des années 70, le tumulus de la colline d’Ampheion, sur lequel on avait exploré un tumulus en briques et une tombe à ciste. Les nouvelles recherches ont révélé la stratigraphie de la colline : la couche supérieure est composée de briques crues de tailles et de formes diverses et de terre de couleur marron ; cette couche est suivie d’une couche dure de sédiments de couleur marron clair d’une épaisseur de 0,70 m au centre et de 0,15 m sur les bords ; enfin, une couche de sédiments rouge recouvrent la roche.
....
Consulter la Chronique des fouilles