MMB Volume 9
  La fabrique communautaire
Les Grecs à Venise, Livourne et Marseille
1770-1840


par Mathieu Grenet
 
Format : 456 p., ill. n/b
30 €
Parution : janvier 2017


Co-édition EFA - EFR
© École française d'Athènes
ISBN 978-2-86958-284-2
Collection de l'École française de Rome 521
© École française de Rome
ISBN:  978-2-7283-1210-8
 
 
Avec les Juifs et les Arméniens, les Grecs constituent l’une des trois diasporas dites « classiques » de la période moderne : implantés sur l’ensemble du pourtour méditerranéen voire au-delà, ils investissent en particulier la plupart des grandes villes portuaires d’Europe méridionale, où ils s’adonnent au grand négoce et à la navigation comme au petit commerce et à l’artisanat. Comment cette présence s’organise-t-elle au quotidien ? Comment investit-elle l’espace urbain, quels sont ses modes d’inscription sociale et quelles identités (sociales, ethniques et confessionnelles) sécrète-t-elle ? Cette vaste enquête est ici envisagée dans une dimension comparatiste, à partir de trois terrains – Venise, Livourne et Marseille – à la fois distincts et étroitement connectés, au cours du demi-siècle précédant la guerre d’indépendance grecque (1821-1830) et la naissance de l’État néohellénique. À rebours des lectures traditionnellement homogénéisantes et inclusives des groupes étrangers dans la ville moderne, cet ouvrage s’attache à mettre en évidence le caractère complexe et souvent conflictuel des différentes stratégies d’affirmation et de négociation du fait communautaire grec en diaspora. Véritable laboratoire de définitions concurrentes de la « grécité », l’expérience communautaire grecque au tournant des XVIIIe et XIXe siècles constitue ainsi le creuset d’un complexe processus de formation identitaire à l’aube de l’ère des nationalismes.
 

Table des matières

Remerciements
Note sur la transcription et la translittération des noms grecs
Abréviations et acronymes

Introduction
 
    Venise, Livourne, Marseille et les autres
    Communauté d’expérience et expérience de la communauté
    Pistes de recherche
 
Première partie
PRESENCE
 
Chapitre 1 – « Qui est Grec ? »
 
Des étrangers
     La « nation » : les ambiguïtés d’une catégorisation du social
 
« Grecs »
      De l’importance du politique
         Le marqueur ottoman
         D’un empire à l’autre : les cas vénitien et ionien
         Protection et naturalisation : des phénomènes marginaux  
     Grecs et orthodoxes, l’impossible équation
         Orthodoxes et catholiques
         La tentation uniate : Venise, XVIIIe siècle
         Le catholicisme romain
 
Ce que compter veut dire
     Comptages et estimations
         « Grecs » et « Ottomans » : le cas marseillais, 1798-1799
          L’enjeu politique
     Populations urbaines et présences étrangères
          Venise
          Livourne
          Marseille
 
Chapitre 2 – L’étranger pluriel : une lecture sociale
 
La « diaspora commerçante grecque », entre historiographie et idéologie
    
Des « communautés marchandes » ?
     Le poids des marchands
     Des marchands, pour quoi faire ?
    
À la recherche de la « classe moyenne »
    
« Gens de mer » et passants : aux frontières mouvantes du groupe
     Une foule invisible ?
     Le poids politique des populations flottantes
    
Vers un profil-type des colonies grecques ?
     Le déséquilibre des sexes
     L’importance de l’immigration
 
Deuxième partie
ESPACE
 
Chapitre 3 – Diaspora et cosmopolitisme : le transnational et le local
 
La diaspora, un espace transnational
     Penser l’espace de la diaspora
     La diaspora comme espace du négoce
         Vers l’unification du monde commercial grec, 1 : naissance d’une domination
         Vers l’unification du monde commercial grec, 2 : la famille, pilier des affaires
     La diaspora grecque, un espace en mouvement
         La correspondance de Koraïs
         Livres, journaux et souscriptions
         Recompositions spatiales : le cas de Venise
 
Cosmopolitisme : représentations et réalités d’un monde partagé
     Tolérance et libéralisme : les imaginaires du cosmopolitisme
         « Ex favor commerci » : tolérance religieuse et pragmatisme économique
         Un cospomolitisme « institutionnel » ?
      À la recherche des lieux du cosmopolitisme
         Institutions commerciales et cosmopolitisme « marchand »
         Sociabilités transnationales : l’exemple de la maçonnerie marseillaise
         Une trajectoire maçonnique : Alexis Gierra
     Limites et apories du cosmopolitisme
         Nouvelles mentalités, nouvelle civilité
         Conflits et rejets
 
Chapitre 4 – La ville et la place des étrangers : pratiques, territoires, identités
 
Des étrangers dans la ville
     La place des étrangers : espace urbain et espace social
          Un monde en mouvement ?
Un monde fragmenté
     La communauté à l’épreuve de la ville
         L’« illusion de la communauté »
         Communauté et espace urbain
    
L’église, pôle organisateur de la présence étrangère ?
     Un symbole identitaire fort
     L’église, épicentre de la présence grecque ?
         Venise
         Livourne
         Marseille
    
Espaces pluriels, territoires grecs
     Enterrer ses morts : un problème durable
         Venise
         Livourne
         Marseille
     Sonner les cloches et processionner : marquage symbolique et visibilité publique
         Sonner les cloches
         Les processions funéraires
         Cérémonies et pompe ecclésiastique
 
Troisième partie
COMMUNAUTE
 
Chapitre 5 – À la recherche de la communauté
 
Encadrer, gouverner, participer : configuration institutionnelle et donné sociale
     Retour sur la donne institutionnelle
         L’approche institutionnelle : réflexions préliminaires....
         Comparer les formes
     Gouverner la « nation », encadrer la communauté
         La question des statuts
         La Scuola de San Nicolò : grandeur et pesanteurs
         Des structures allégées et centralisées : Livourne et Marseille
     Institutions communautaires et stratification sociale
         Le « corps de la nation » : critères et contours d’une notion mouvante
         Les dignitaires de la « nation » : le cas vénitien
         L’élite communautaire : Livourne et Marseille
 
La « nation » à l’œuvre : les mécanismes du lien communautaire
     Le culte
         Retour sur la question religieuse
         Les desservants
         Le financement
     À l’école de la communauté : la question éducative
         Maîtres, écoles, enseignement
         L’éducation en diaspora : un enjeu identitaire
     La charité
         Les formes de la bienfaisance
         Le cas vénitien, 1 : administrer la charité
         Le cas vénitien, 2 : la charité au quotidien
 
Chapitre 6 – Le lien communautaire à l’épreuve

Conflits, discorde et dissidence : la communauté en péril ?
      Scissiparité : aux limites de la communauté
Minorités en conflit
Identités en conflit(s) : le cas d’Isaïou (Marseille, 1798)
     Des autorités contestées
     Les mécanismes de l’exclusion
 
Ingérences
     Le cas des prêtres
         Des prêtres en dissidence
         Le temporel et le spirituel
     Des défis « extérieurs » ?
         Les patriarches à la manoeuvre
         L’entrisme russe
 
Appartenances et solidarités : une autre lecture du collectif
     L’importance de la donne régionale
         Le cas sciote
         Le poids des origines
         Un parcours : Alexandros Patrinos
     La question ottomane
         Un enjeu politique ?
         La diplomatie ottomane : un réexamen
         Un observatoire : Marseille
         Profils consulaires : le cas livournais
 
Quatrième partie
RECOMPOSITION
 
Chapitre 7 – La guerre d’Indépendance comme mise à l’épreuve du fait communautaire
 
La guerre vue d’ailleurs et le philhellénisme
     Bruits de guerre, rumeur du monde
         Les circuits de l’information, 1 : les réseaux « officiels »
         Les circuits de l’information, 2 : les réseaux informels
     La question commerciale
         « La guerre destructrice du commerce »
         Une cause impopulaire ?
     Comités, loges et sociétés : le « philhellénisme organisé »
         Les comités philhellènes
         Le philhellénisme maçonnique en question
         Les Grecs, entre loges et sociétés secrètes
 
Des colonies dans la tourmente
     L’ « union sacrée » ? Le soutien à la guerre
         Assister et secourir
         L’engagement armé… et ses limites
         Hors de la communauté : le cas des quêteurs grecs
     Le lien communautaire à l’épreuve de ses divisions
         Des conflits récurrents
         Grecs et Ottomans : le temps des ambiguïtés
     Le moment capodistrien
         Capodistrias et la diaspora grecque : une relation complexe.
         Opposants et partisans de Capodistrias : une lecture intracommunautaire
 
Épilogue – « Qui est Grec ? »
     Vers une reconfiguration du lien national
     L’institution des consuls de Grèce
     De la troisième phase des nominations consulaires à la seconde « affaire Tzitzinias »
 
Conclusion
Annexes
Sources et bibliographie
Index nominum
Index locorum
Table des illustrations et des graphiques
Liste des tableaux
Table des matières
 


 

CONTACTS - Diffusion
École française d’Athènes - 6, rue Didotou - 106 80 Athènes - + 30 210 36 79 922 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Ouvert tous les jours de 8h à 15h - Aνοιχτό καθημερινά από τις 8.00 έως τις 15.00
 
Dépositaire :
De Boccard Édition-Diffusion - 11, rue de Médicis - F-75006 -Paris - www.deboccard.
 
 

ARCHIMAGE : les dernières images

IMAGE
Delphes - Kastri - A12

SUJET : MAISON
Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

TANAGRA-5962
Dans la région de Tanagra antique, A. Charami (IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille et des travaux de restauration sur une tombe de type macédonienne, connue depuis 1895 et qui se trouve à l’intérieur de la zone de l’aéroport militaire. Les travaux ont révélé une tombe de type macédonien, à dromos en escalier à dix marches (long. 5 m ; larg. 0,70-1,10 m) et à chambre funéraire unique voûtée (fig. 1-2). Le monument est orienté Nord-Est/Sud-Ouest, avec l’entrée au Nord-Est. Il est construit en appareil régulier de blocs de poros ; le sol est en terre compacte et la chambre (11,45 m2) était fermée par une porte en marbre à double battants dont trois fragments avaient été transportés au Musée de Schimatari dès le XIXe s. À l’intérieur de la chamb
....
Consulter la Chronique des fouilles