Sites de fouilles

L'École française d'Athènes dispose de sept missions archéologiques permanentes : six en Grèce même, Dikili-Tash, Philippes, Thasos, Delphes, Argos, Délos et Malia (en Crète), et une sur la côté Sud-Ouest de l’île de Chypre, à Amathonte. Ces sites forment une partie non négligeable de l'héritage scientifique de l'École (voir l'histoire de l'École).

Elle poursuit par ailleurs son activité archéologique dans le cadre de missions archéologiques temporaires, que ce soit en Grèce (Itanos, Lâto et Dréros, en Crète), à Chypre (Shillouroukambos et Potamia) ou en Albanie (Sovjan, Apollonia, Byllis) ; elle apporte également son soutien à l’exploration du site de Kouphovouno en Grèce et à la mission d’étude de Durrës en Albanie.

Plusieurs de ces missions bénéficient ou ont bénéficié d’un co-financement EfA/MAEE : tel est le cas de Dikili Tash, Kouphovouno et Itanos en Grèce, d’Amathonte, Shillourokambos et Potamia à Chypre, de Sovjan, Apollonia et Byllis en Albanie.
 

ARCHIMAGE : les dernières images

IMAGE
Thasos - Acropole ; Athénaion (sanctuaire d'Athéna), GTh 65 - R1765-012

Sujet : vase Matériau : argile Technique : tourné, Categorie : figure noire, Fragment : panse, Origine : Attique,
Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

TANAGRA-5962
Dans la région de Tanagra antique, A. Charami (IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille et des travaux de restauration sur une tombe de type macédonienne, connue depuis 1895 et qui se trouve à l’intérieur de la zone de l’aéroport militaire. Les travaux ont révélé une tombe de type macédonien, à dromos en escalier à dix marches (long. 5 m ; larg. 0,70-1,10 m) et à chambre funéraire unique voûtée (fig. 1-2). Le monument est orienté Nord-Est/Sud-Ouest, avec l’entrée au Nord-Est. Il est construit en appareil régulier de blocs de poros ; le sol est en terre compacte et la chambre (11,45 m2) était fermée par une porte en marbre à double battants dont trois fragments avaient été transportés au Musée de Schimatari dès le XIXe s. À l’intérieur de la chamb
....
Consulter la Chronique des fouilles