10. Le port externe

La première fouille sous-marine du port externe, menée par Jean-Yves Empereur, eut lieu à l’automne 1984. Le bassin extérieur, bien visible sur les photographies aériennes, présente toutes les caractéristiques d’un grand port de guerre : les jetées dessinent un imposant plan d’eau rectangulaire, large de 180 m et long d’environ 100 m. Orientés selon un axe Nord-Sud, les quais, d’une largeur de près de 3 m, présentent un agencement à double ou triple parement. Ils se composent d’au moins cinq assises, le plus souvent sept, la dernière servant d’assise de réglage pour rééquilibrer la construction d’ensemble. Les quelque 5 000 blocs employés, dont la plupart pèse entre deux et trois tonnes, ont légèrement joué au cours des siècles, notamment en raison de l’action des courants marins. Dès la première campagne, les archéologues sont parvenus à établir une chronologie assez précise de la construction du port, essentiellement grâce à la découverte, dans un blocage de pierres, d’un ensemble de tessons caractéristiques de l’époque hellénistique.

Vue aérienne du port, 1984 (J.-Y. Empereur / Archives EFA, Y.857)
Vue aérienne du port, 1984 (J.-Y. Empereur / Archives EFA, Y.857)

Les travaux de l’année suivante furent en partie consacrés à l’étude de l’entrée du port. La passe, située à l’Est, d’une largeur de 20 m environ, s’articule avec un système de plates-formes, de brise-lames et de bassins.

Couronne métallique, époque hellénistique (J.-Y. Empereur / Archives EFA, Y.870)
Couronne métallique, époque hellénistique (J.-Y. Empereur / Archives EFA, Y.870)

Une dernière campagne eut lieu en 1986. Le matériel mis au jour a confirmé la datation postulée depuis la première fouille : certaines des monnaies découvertes dans la passe elle-même datent en effet du règne de Démétrios Poliorcète, qui prit avec son père Antigone le titre de roi en 306 et fit frapper monnaie après la victoire navale obtenue contre Ptolémée à Salamine de Chypre.

Amphore paléochrétienne (S. Hartmann / Archives EFA, 12547 [8])
Amphore paléochrétienne (S. Hartmann / Archives EFA, 12547 [8])

Ainsi, la construction du bassin externe doit sans nul doute être mise en relation avec les luttes qui opposèrent les Diadoques pour le contrôle de Chypre à la fin du IVe s. L’étude de la céramique atteste enfin que ces nouvelles infrastructures portuaires n’ont été en fonction que peu de temps, au plus tard jusqu’à la fin du IIIe s. av. J.-C. Un remblai daté de l’époque paléochrétienne (VIe – VIIe s. ap. J.-C.) scelle l’ensemble.

L. Thély
 

ARCHIMAGE : les dernières images

IMAGE
Thasos - Acropole ; Athénaion (sanctuaire d'Athéna), GTh 65 - L10036-005A

Sujet : rempart mur trace rocher Matériau : marbre
Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

KARLA. - Collecteur 6, Stani-Thermokipia-5956
Dans la région du Lac de Karla, V. Adrymi-Sismani (Institut archéologique d’études thessaliennes) a poursuivi les travaux au lieu-dit Stani-Thermokipia, en vue de l’aménagement du collecteur 6. La fouille de la maison A s’est poursuivie (fig. 1) et l’étude du mobilier qui en provenait a permis de proposer une datation probable pour l’occupation de la maison du Néolithique Moyen (5800-5300 av. J.-C.). La fouille de 2005 avait identifié la présence d’un péribole à l’Est et à l’Ouest de la maison. En 2006, la fouille de cette structure s’est poursuivie et on a pu déterminer qu’il s’agissait effectivement d’un péribole qui présentait une entrée d’une largeur de 1 m et qui encerclait une surface de 11 x 15 m environ au Sud de la maison. Le péribole n’est pas fait d’un seul mur, mais constitué
....
Consulter la Chronique des fouilles