3. Vie quotidienne de la mission

Dès la première année, Pierre Aupert, directeur de la mission, réunit une importante équipe d’archéologues, afin d’ouvrir plusieurs chantiers exploratoires sur l’acropole. Ces équipes se succédaient sur le terrain en travaillant avec un nombre important d’ouvriers (une vingtaine au moins) : au cours des années qui ont suivi l’invasion par les Turcs de la partie Nord de l’île et le déplacement des populations qu’elle a entraîné, les fouilles permettaient en effet aux réfugiés d’exercer une activité au moins provisoire.

Ouvrières au sanctuaire, 1979 (F. & A. Hermary / Archives EFA, Y.2573)
Ouvrières au sanctuaire, 1979 (F. & A. Hermary / Archives EFA, Y.2573)

Les membres de la mission logeaient dans des appartements loués à Limassol et transportaient le matériel de fouille dans une salle du château médiéval de Limassol (« kastro ») où les conditions de travail n’étaient pas excellentes. La construction, sur un terrain acheté par l’École française d’Athènes dans le village d’Agios Tychonas, d’une maison dotée de salles de réserve (« apothèques ») pour stocker le matériel qui n’était pas déposé au musée de Limassol changea radicalement, à partir de 1982, les conditions de fouille et d’étude – encore améliorées, quelques années plus tard, par l’adjonction de trois studios et d’une nouvelle apothèque.


La maison de fouille, croquis (M. Schmid / Archives EFA, 16893)
La maison de fouille, croquis (M. Schmid / Archives EFA, 16893)

Au cours des années 1980 les équipes de fouille étaient encore constituées d’un nombre important d’ouvriers chypriotes, hommes et femmes, recrutés et gérés par Kypros Tsangaridès, technicien du Département des Antiquités mis à notre disposition comme contremaître par Vassos Karageorghis, puis par les directeurs du Département qui lui ont succédé : par ses compétences et son dévouement, il a joué un rôle central dans notre mission pendant une bonne vingtaine d’années.

Kypros Tsangarides et sa famille, 1979 (F. & A. Hermary / Archives EFA, Y.2574)
Kypros Tsangarides et sa famille, 1979 (F. & A. Hermary / Archives EFA, Y.2574)

À partir des années 1990 il est devenu plus difficile de recruter des ouvriers chypriotes et les responsables de chantier ont fait plus largement appel à des étudiants. Parmi ceux qui, en dehors des activités de terrain, ont collaboré régulièrement au travail de la mission il faut citer Andreas Georgiadès, restaurateur au Cyprus Museum, et les techniciens du musée de Limassol Nikos Pétridès et Odysseas Michaïl.

A. Hermary
 

ARCHIMAGE : les dernières images

IMAGE
Delphes - Sanctuaire d'Apollon - E1887

Sujet : aurige figure en ronde bosse face détail Matériau : bronze Décor : aurige Technique : ronde bosse
Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

TANAGRA-5962
Dans la région de Tanagra antique, A. Charami (IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille et des travaux de restauration sur une tombe de type macédonienne, connue depuis 1895 et qui se trouve à l’intérieur de la zone de l’aéroport militaire. Les travaux ont révélé une tombe de type macédonien, à dromos en escalier à dix marches (long. 5 m ; larg. 0,70-1,10 m) et à chambre funéraire unique voûtée (fig. 1-2). Le monument est orienté Nord-Est/Sud-Ouest, avec l’entrée au Nord-Est. Il est construit en appareil régulier de blocs de poros ; le sol est en terre compacte et la chambre (11,45 m2) était fermée par une porte en marbre à double battants dont trois fragments avaient été transportés au Musée de Schimatari dès le XIXe s. À l’intérieur de la chamb
....
Consulter la Chronique des fouilles