6. La basilique de l’acropole

À la fin du VIe et dans la première moitié du VIIe s. toute l’île de Chypre connaît une période de prospérité qui se manifeste, en particulier, par la (re)construction de nombreux édifices religieux. C’est le cas à Amathonte où la plus grande de ces basiliques se trouve en bord de mer. L’acropole est alors, semble-t-il, moins densément habitée que la ville basse, mais son sommet est entièrement reconstruit après le démontage du temple et des autres édifices dédiés à Aphrodite.

Plan du sanctuaire (M. Schmid, J. Laragné / Archives EFA, 42009)
Plan du sanctuaire (M. Schmid, J. Laragné / Archives EFA, 42009)

La partie actuellement fouillée se présente sous la forme d’un grand quadrilatère de 60 x 46 m dont l’angle Nord-Est est occupé par une petite basilique formant un carré presque parfait (25 x 24 m). Une grande partie de cet espace était occupée par une cour à ciel ouvert (atrium) au milieu de laquelle était creusée une grande citerne à la couverture voûtée qui, comme deux autres citernes et les deux vases antiques restés en place, servait de réserve d’eau sur une colline dépourvue de sources.
L’église est composée, dans sa partie centrale, de trois nefs à abside précédées d’un narthex et d’un exonarthex, auxquels s’ajoutent plusieurs pièces annexes, huit au Nord et quatre au Sud ; des tribunes s’élevaient au-dessus du narthex et des nefs latérales.

Pavement en opus sectile (Ph. Collet / Archives EFA, Y.1440)
Pavement en opus sectile (Ph. Collet / Archives EFA, Y.1440)


Pavement en opus sectile (Ph. Collet / Archives EFA, Y.1440)
Plaque à décor de grenades (J. Humbert / Archives EFA, 33161)

Il ne reste presque rien – en dehors des tuiles – des parties hautes de l’édifice, ni même des colonnes intérieures en marbre, mais le pavement était assez bien conservé : il se présentait sous la forme d’un opus sectile polychrome (sol composé d’un assemblage de carreaux de marbre, de calcaire et de terre cuite), dont certains éléments étaient des fragments de plaques de marbre à décor en champlevé (oiseaux, motifs végétaux) provenant vraisemblablement de la décoration du temple transformé en église. On ignore à qui était dédiée cette petite basilique restée peu de temps en usage, puisqu’elle est abandonnée, comme le reste du site, à la fin du VIIe s.

A. Hermary
 

ARCHIMAGE : les dernières images

IMAGE
Délos - S516

PECHE MIRACULEUSE
Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

DIPORO. - Panaghia-6472
Dans la région de Diporo, G. Karamitrou-Mentessidi (XXXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a poursuivi en 2010 une fouille de sauvetage sur le bord de l’Haliakmon, sur le site de Panaghia, menacé d’inondation par la construction d’un barrage (cf. Chronique, notice 2162). On a mis au jour les vestiges d’une maison de l’époque hellénistique (bâtiment A) composée de quatre pièces séparées par un couloir central (fig. 1). Elle occupe une surface de 192,27 m2 (dim. 13,42 x 14,70 m). Deux autres pièces ont été ajoutées dans un état ultérieur, probablement à l’époque romaine. Sous la couche de destruction, on a dégagé dans une des pièces un sol dallé de pierres, dans une autre un ensemble de 5 pithoi, ainsi qu’un pithos dans l’espace du couloir et un autre dans une dernière pi
....
Consulter la Chronique des fouilles