8. L’agora et le bassin intérieur

Parmi les fouilles d’ampleur qui eurent lieu à Amathonte depuis 1975, celles de la ville basse, et en particulier de l’agora, ont dessiné les contours d’un paysage architectural condensé, centre de la vie civique, qui s’offre aujourd’hui aux visiteurs comme l’une des plus belles places publiques de l’île.
Plan de l’agora (A. Kattos, T. Koželj, M. Wurch-Koželj / Archives EFA, 31188)
Plan de l’agora (A. Kattos, T. Koželj, M. Wurch-Koželj / Archives EFA, 31188)

Les travaux commencèrent en 1977, sous la direction de M. Loulloupis, et se poursuivirent sans discontinuer jusqu’en 1991. Dès la première campagne, un grand espace pavé, d’une surface approchant 1200 m2, fut mis au jour : les fouilleurs y trouvèrent quantité de blocs architecturaux, colonnes à fût lisse ou à cannelures torses, inscriptions grecques et latines ainsi que de nombreux fragments de statue.
L’extension des fouilles se fit d’abord vers l’Est, où furent dégagés des thermes romains tardifs, puis vers le Nord en direction de la fontaine monumentale. Enfin, au Sud de cette place, fut mis au jour un balaneion, un établissement de bain de forme circulaire. De nombreux autres bâtiments furent découverts : un mystérieux « bâtiment rectangulaire », d’imposants portiques à l’Ouest et au Sud.

Des fouilles complémentaires, menées par Jean-Paul Prête, alors membre de l’École française d’Athènes, eurent lieu entre 2001 et 2003 : elles précisèrent des points de chronologie, essentiellement en ce qui regarde la stoa double et le portique qui se dressait au Sud.
L’état actuel de l’agora, tel qu’il se présente aux visiteurs, permet de saisir le cadre urbain monumental d’une cité chypriote, du début de l’époque hellénistique jusqu’à la fin de l’époque romaine. Il reste toutefois quelques zones d’ombre, que des études ultérieures chercheront sans doute à mettre en lumière : où se trouvait le gymnase d’Amathonte ? Quelles sont les limites précises de l’agora vers le Sud ?

Campagne de carottage, 2014 (L. Thély)
Campagne de carottage, 2014 (L. Thély)

De nouvelles opérations archéologiques furent ainsi récemment confiées à Ludovic Thély : à la suite d’une campagne de prospections géophysiques et de carottages, dirigée par Antoine Chabrol, une fouille aux abords Sud-Ouest de l’agora, entre les espaces construits de la ville basse et la zone supposée du port intérieur, commença à l’été 2014. L’objectif est d’établir le lien entre l’agora et le port extérieur, de mieux apprécier la limite des constructions et d’accroître notre connaissance des structures économiques et portuaires de la cité à l’époque romaine. La première campagne a donné de fructueux résultats, laissant entrevoir les prémices d’un système complexe de déchargement des produits venus de la mer.

Structure romaine, abords sud-ouest de l’agora (L. Thély)
Structure romaine, abords sud-ouest de l’agora (L. Thély)

L. Thély
 

ARCHIMAGE : les dernières images

IMAGE
Delphes - Kastri - A12

SUJET : MAISON
Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

TANAGRA-5962
Dans la région de Tanagra antique, A. Charami (IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a mené en 2007 une fouille et des travaux de restauration sur une tombe de type macédonienne, connue depuis 1895 et qui se trouve à l’intérieur de la zone de l’aéroport militaire. Les travaux ont révélé une tombe de type macédonien, à dromos en escalier à dix marches (long. 5 m ; larg. 0,70-1,10 m) et à chambre funéraire unique voûtée (fig. 1-2). Le monument est orienté Nord-Est/Sud-Ouest, avec l’entrée au Nord-Est. Il est construit en appareil régulier de blocs de poros ; le sol est en terre compacte et la chambre (11,45 m2) était fermée par une porte en marbre à double battants dont trois fragments avaient été transportés au Musée de Schimatari dès le XIXe s. À l’intérieur de la chamb
....
Consulter la Chronique des fouilles