Situation géographique

Le site minoen de Malia se trouve dans une plaine côtière du Nord de la Crète, à 30 km à l’Est d’Héraklion, au pied de la chaîne du Séléna.

Autour d’un palais de l’Âge du Bronze, localisé sur une petite éminence, s’est développée une ville limitée au Nord-Ouest par les falaises littorales, à l’Est par des affleurements calcaire, et au Sud-Ouest par la plage actuelle.
La ville devait ainsi certainement comporter un port, mais aucun aménagement portuaire n’a jusqu’ici été repéré sur la côte.

Malia représente l’un des quatre grands palais minoens mis au jour en Crète (avec les édifices de Cnossos, Phaistos et Zakros), mais aussi la ville palatiale actuellement la mieux connue, dont plusieurs quartiers d’habitation, certaines voies et des nécropoles ont été explorés.

Les tronçons d’un mur épais, interprété comme un mur d’enceinte, ont été fouillés en plusieurs endroits autour de la ville.

En revanche, on ignore son nom antique, Malia étant celui du village moderne.

© EfA / Maia Pomadère et Julien Zurbach

ARCHIMAGE : les dernières images

IMAGE
Thasos - N12-042

sima terre cuite lanciers montés vers la droite relief,
Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

THÈBES. - Pyri, Tumulus de la colline d'Ampheion-5961
À l’Ouest de Thèbes, dans la région de Pyri, V. Aravantinos , K. Psaraki et I. Fappas (IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques et XIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont effectué en 2007 des sondages complémentaires sur un site déjà exploré au début des années 70, le tumulus de la colline d’Ampheion, sur lequel on avait exploré un tumulus en briques et une tombe à ciste. Les nouvelles recherches ont révélé la stratigraphie de la colline : la couche supérieure est composée de briques crues de tailles et de formes diverses et de terre de couleur marron ; cette couche est suivie d’une couche dure de sédiments de couleur marron clair d’une épaisseur de 0,70 m au centre et de 0,15 m sur les bords ; enfin, une couche de sédiments rouge recouvrent la roche.
....
Consulter la Chronique des fouilles