Présentation géographique

 
           Thasos est la plus septentrionale des îles de la mer Egée, séparée du continent thrace par un détroit large d’à peine huit kilomètres. Elle se situe à moins d’une heure de bateau de la grande ville de Kavala (l’antique Néapolis, ancienne possession territoriale de Thasos). La situation stratégique de l’île – sur la voie maritime reliant la Macédoine à l’Asie Mineure , au débouché de routes commerciales reliant la côté égéenne à l’arrière-pays thrace – a fait de Thasos une escale importante dans l’Antiquité.


          D’une superficie de 380 km2, l’île est divisée en deux parties inégales, séparées au centre par une chaîne de montagne : « abrupt, creusé de ravins profonds, exposé aux vents dominants, le versant nord-est descend rapidement vers les criques de la côte rocheuse et découpée, composant avec la montagne et la mer des paysages d’une rare beauté. Le versant sud-ouest, moins tourmenté, moins escarpé, s’abaisse par degrés de 1208 mètres au mont Hypsarion, le point culminant, jusqu’à la mer, que ferment à l’horizon les hauteurs de la Chalcidique terminées par la pyramide du mont Athos » (Guide de Thasos, © EfA).


            L’ensemble de l’île formait le territoire de l’antique cité de Thasos, dont le centre urbain éponyme se situait au Nord, à l’emplacement de l’actuelle ville de Liménas. Dès les premiers temps de la colonisation, les Thasiens ont su tirer parti de la variété des ressources offertes par leur chôra. Le sous-sol de l’île a fourni de l’or et d’autres métaux, et surtout un marbre blanc à gros grain dont l’exploitation en continu pendant plus d’un millénaire a fait des carrières d’Aliki, au Sud, un site au paysage exceptionnel. Les abondantes forêts de l’île ont livré le bois indispensable à la construction des charpentes et des navires, tandis que les plaines et vallées ont été peu à peu investie par l’activité agricole : quelques hameaux et de nombreuses fermes isolées ont été mises en évidence par des campagnes de prospection. C’est surtout la culture de la vigne qui a assuré la prospérité de Thasos, dont le vin – vanté par Aristophane – était très apprécié dans l’Antiquité : les amphores thasiennes ont été retrouvées par milliers, des rives de la mer Noire jusqu’à l’Égypte. 
 

© EfA / Julien Fournier
 

ARCHIMAGE : les dernières images

IMAGE
Thasos - Acropole ; Athénaion (sanctuaire d'Athéna), GTh 65 - L10036-005A

Sujet : rempart mur trace rocher Matériau : marbre
Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

THÈBES. - Pyri, Tumulus de la colline d'Ampheion-5961
À l’Ouest de Thèbes, dans la région de Pyri, V. Aravantinos , K. Psaraki et I. Fappas (IXe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques et XIe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) ont effectué en 2007 des sondages complémentaires sur un site déjà exploré au début des années 70, le tumulus de la colline d’Ampheion, sur lequel on avait exploré un tumulus en briques et une tombe à ciste. Les nouvelles recherches ont révélé la stratigraphie de la colline : la couche supérieure est composée de briques crues de tailles et de formes diverses et de terre de couleur marron ; cette couche est suivie d’une couche dure de sédiments de couleur marron clair d’une épaisseur de 0,70 m au centre et de 0,15 m sur les bords ; enfin, une couche de sédiments rouge recouvrent la roche.
....
Consulter la Chronique des fouilles