Présentation générale

L’École française d’Athènes assure la diffusion de ses recherches grâce à ses publications. Chaque année une dizaine de titres est publiée.


 

ANTIQUITÉ ET PÉRIODE BYZANTINE

Le Bulletin de Correspondance Hellénique, à parution semestrielle, publie des articles concernant aussi bien le néolithique, le monde minoen et mycénien que l’archéologie et l'histoire du monde antique et byzantin. Ils sont accompagnés, dans la seconde livraison annuelle, d’un rapport annuel sur les travaux de l’École.

La Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome – éditée en collaboration avec l’École française de Rome –, les Suppléments du BCH et les Études Épigraphiques accueillent thèses, actes de colloque et monographies.

Chacun des sites de fouilles traditionnels est également doté d’une collection : Exploration Archéologique de Délos, Fouilles de Delphes, Études Thasiennes, Études Crétoises, Études Péloponnésiennes, Études Chypriotes, Recherches archéologiques franco-albanaises. La collection des Recherches franco-helléniques publie des travaux réalisés en collaboration avec les organismes et chercheurs grecs. Enfin, destinée à un public plus large, la série Sites et Monuments accueille les guides des différents sites explorés par l’EFA.
 

PÉRIODES MODERNE ET CONTEMPORAINE

Les travaux sur la Grèce et les Balkans aux époques moderne et contemporaine sont accueillis dans la collection Mondes méditerranéens et balkaniques (anciennement Champs helléniques modernes et contemporains).
 

ARCHIMAGE : les dernières images

Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

KARLA. - Collecteur 6, Stani-Thermokipia-5956
Dans la région du Lac de Karla, V. Adrymi-Sismani (Institut archéologique d’études thessaliennes) a poursuivi les travaux au lieu-dit Stani-Thermokipia, en vue de l’aménagement du collecteur 6. La fouille de la maison A s’est poursuivie (fig. 1) et l’étude du mobilier qui en provenait a permis de proposer une datation probable pour l’occupation de la maison du Néolithique Moyen (5800-5300 av. J.-C.). La fouille de 2005 avait identifié la présence d’un péribole à l’Est et à l’Ouest de la maison. En 2006, la fouille de cette structure s’est poursuivie et on a pu déterminer qu’il s’agissait effectivement d’un péribole qui présentait une entrée d’une largeur de 1 m et qui encerclait une surface de 11 x 15 m environ au Sud de la maison. Le péribole n’est pas fait d’un seul mur, mais constitué
....
Consulter la Chronique des fouilles