Les Archives
Créé en septembre 2013, le service des archives administratives et scientifiques de l’EFA est chargé de collecter, classer, conserver et communiquer les documents d’archives, quels que soient leur support et leur forme – manuscrits, dactylographiés, graphiques, photographiques, etc. –, produits par les services et les membres scientifiques de l’école, ainsi que dans le cadre des missions archéologiques financées, en tout ou en partie, par l’EFA.

Sont désormais regroupées au sein de ce service les archives manuscrites, administratives comme scientifiques, les collections de documents photographiques et graphiques (Photothèque-Planothèque) et la collection d’estampages.


Télécharger en .pdf la plaquette de présentation du service des archives l'EFA [Nouveau - févr. 2016].


Contacts :
Archives manuscrites-Estampages : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Photothèque-Planothèque : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

ARCHIMAGE : les dernières images

IMAGE
Delphes - Sanctuaire d’Apollon - 54194

SANCTUAIRE D’APOLLON VERS LA FIN DU IIE SIECLE AP. J.-C.
Archimage est destiné à la mise en ligne progressive des documents graphiques et photographiques, conservés au service des Archives de l'EfA.

LA CHRONIQUE DES FOUILLES

RACHOULA. - Mavrogia, Xirokambos-6404
Dans la région de Rachoula, Ch. Karagiannopoulos (XXXIVe éphorie des antiquités préhistoriques et classiques) a poursuivi en 2010 la fouille de sauvetage dans le champ Dimitrou, situé au lieu-dit Mavrogia-Xirokampos, où on avait mis au jour une tombe à tholos du Bronze Récent. Le dégagement des remblais s’est poursuivi à partir d’une profondeur de 5,60 m. On a mis au jour l’entrée de la tombe (larg. 2,25 m ; fig. 1-2), sur le côté oriental, ainsi que son sol, à une profondeur de 7,30/7,40 m, et les fondations du périmètre, à une profondeur de 7,50 m. L’entrée est encadrée par des jambages en blocs de calcaire, effondrés vers l’intérieur, qui étaient surmontés par un linteau, brisé, dont la moitié est effondrée dans l’entrée, l’autre moitié sur le sol de la tombe, près de l’entrée.
....
Consulter la Chronique des fouilles